Valtameren salaisuus

By Edgar Allan Poe

Page 37

merivesi kun oli sen kokonaan pilannut. Säilyneen osan
jaoimme keskenämme. Ei Peters eikä Augustus voinut hillitä
ruokahaluaan, vaan nielaisi heti palasensa, mutta minä olin
varovaisempi ja söin vain pienen osan osuudestani, kammoksuen janoa,
jonka tiesin seuraavan. Levähdimme nyt hetken työstämme, joka oli
ollut sietämättömän ankaraa.

Puolenpäivän aikana, kun olimme hieman vahvistuneet ja virkistyneet,
yritimme uudestaan, ja Peters ja minä kävimme alhaalla vuorotellen,
aina paremmalla tai huonommalla onnella auringon laskuun asti. Tällä
väliajalla meidän onnistui tuoda kannelle kaikkiaan neljä pientä
oliivisäiliöitä ensimäisen lisäksi, toinen liikkiö, lähes kolmen
gallonin vetoinen pullo mainiota Kap Madeira-viiniä ja parhain
kaikesta: pieni kilpikonna; kapteeni Barnard oli näet satamasta
lähtiessämme ottanut useita kilpikonnia _Mary Pitts_-kuunarista, joka
juuri oli palannut hylkeenpyyntiretkeltä Tyyneltä mereltä.

Seuraava aika aina elokuun 1 päivään oli sanomattomien tuskien aikaa.
Kärsimme hirmuisesti nälän, myrskyn, kylmän ja helteen vaivoja.

_Elokuun 1 p:nä_. Yhä samaa tyventä sekä tukahduttavaa hellettä.
Kärsimme hirmuista janoa, vesi kivipullossa kun oli kokonaan
mädäntynyttä ja täynnä matoja. Saimme kumminkin niellyksi siitä hiukan
sekotettuamme siihen viiniä -- mutta janomme ei paljoa lieventynyt.
Paremmin auttoi meressä kylpeminen, mutta siitä saatoimme nauttia vain
melkoisin väliajoin, kun haikalat olivat lakkaamatta saapuvilla.
Näimme nyt selvään, ettei Augustusta enää voitu pelastaa, että hän
silminnähtävästi oli kuolemaisillaan. Emme voineet tehdä mitään hänen
kärsimystensä huojentamiseksi, jotka näkyivät olevan kovat.
Kahdentoista tienoissa hän heitti henkensä kovissa kouristuksissa,
oltuaan puhumattomana monta tuntia. Hänen kuolemansa täytti mielemme
mitä synkimmillä aavistuksilla ja vaikutti meihin niin voimakkaasti,
että istuimme koko päivän liikkumattomina ruumiin ääressä ja
puhuttelimme toisiamme vain kuiskaamalla. Vasta pimeän tultua
rohkenimme nousta ja heittää ruumiin mereen. Se oli silloin
sanomattoman ilettävä ja niin lahonnut, että sääri lohkesi Petersin
käteen. Kun koko tuo mätäkasa solahti mereen, näimme sitä ympäröivän
fosforivalon hohteessa selvään seitsemän kahdeksan isoa haita, joiden
hirmuisten hampaiden kolahdukset saalista repiessä kuuluivat
peninkulman päähän. Sydämemme hätkähti kauhusta kuullessamme tämän
äänen.

_Elokuun 2 p:nä_. Sama pelottavan tyyni ja kuuma ilma. Päivän
koittaessa olimme surkeassa alakuloisuuden ja ruumiillisen uupumuksen
tilassa. Vesi kivipullossa oli nyt aivan kelvotonta, vain paksua
liimaista sotkua ja kamalan näköisiä matoja uiskenteli liman seassa.
Heitimme sen mereen ja huuhdoimme pullon huolellisesti, sitten kaataen
siihen hieman happoa pulloista, joihin olimme panneet kilpikonnan
lihan säilyyn. Janoamme saatoimme nyt tuskin sietää ja koetimme
turhaan lievittää sitä viinillä, joka tuntui vain olevan öljyä tuleen
ja synnytti meissä ankaraa päihtymystä. Sitten koetimme huojentaa
kärsimyksiämme sekottamalla viiniä meriveteen, mutta se tuotti heti
niin kovaa pahoinvointia, ettemme sitä milloinkaan enää yrittäneet.
Kaiken päivää odotimme levottomina, milloin voisimme kylpeä, mutta
turhaan, sillä haikalat piirittivät nyt joka puolelta hylkyä; -- ne
olivat epäilemättä samoja hirviöitä, jotka eilen illalla hotkaisivat
suuhunsa toveri-poloisemme ja nyt hetki hetkeltä vartoivat toista
samanlaista juhla-ateriaa. Tämä seikka tuotti meille mitä katkerinta
mielipahaa ja täytti meidät painostavilla ja synkillä aavistuksilla.
Kylpeminen oli sanomattomasti huojentanut vaivojamme ja näin kamala
muutos oli raskaampaa kuin saatoimme kestää. Pelkäsimme

Last Page Next Page

Text Comparison with Eureka

Page 2
La première altération est contenue dans cette phrase: «Cette lettre est une sanglante bouffonnerie contre les méthodes préconisées par Aristote et Bacon pour reconnaître la Vérité; l'auteur les ridiculise et les méprise également, et il se lance, en proie à une sorte d'extase divagante, dans la glorification d'un troisième mode, le noble art de _conjecturer.
Page 6
Son dessein est simplement synérétique.
Page 11
Nous irons tout droit à une proposition qu'il regarde comme l'apogée de la certitude, comme la quintessence de l'irrécusable axiomatique.
Page 18
C'était l'idée insoutenable de Pascal, quand il faisait l'effort, le plus heureux peut-être qui ait jamais été fait, pour périphraser la conception que nous essayons d'exprimer par le mot _Univers.
Page 21
La différence de grosseur, par exemple, sera tout de suite créée par la tendance d'un atome vers un second atome, de préférence à un troisième, en raison d'une inégalité particulière de distance; _inégalité particulière de distance entre des centres de quantité, dans des atomes voisins de différente forme,--_ phénomène qui ne contredit en rien la distribution généralement égale des atomes.
Page 27
_ Cette vérité vitale est l'Unité, prise comme source du phénomène.
Page 30
Le mode suivant lequel son intensité diminue avec l'élément de la distance n'a pas l'aspect d'un _principe_ suprême, lequel principe comporte toujours la simplicité de ces axiomes, évidents par eux-mêmes, qui constituent la base de la Géométrie.
Page 32
_ Nous disons d'elles: elles sont vraies, elles sont évidentes.
Page 40
Je m'explique:--la Gravitation newtonienne, loi de la Nature, loi dont l'existence ne peut être mise en question qu'à Bedlam, loi qui, une fois admise, nous donne le moyen d'expliquer les.
Page 43
Ainsi, par exemple, en admettant, pour le moment, la possibilité de comprendre l'Espace _rempli_ par les atomes irradiés, c'est-à-dire en admettant, autant que nous le pouvons, que la succession des atomes irradiés n'ait absolument pas _de fin,_ il est suffisamment clair que, même après que la Volonté Divine s'est retirée d'eux et que la tendance à retourner vers l'Unité a eu, d'une manière abstraite, permission de se satisfaire, cette permission aurait été futile et inefficace, sans valeur pratique et sans effet quelconque.
Page 45
Laplace, se confinant dans une région _évidemment limitée,_ celle de notre système solaire, avec son entourage comparativement immédiat, et supposant _purement,_ c'est-à-dire sans établir aucune base quelconque, par induction ou par déduction, une grande partie de ce que j'essayais tout à l'heure de fixer sur une base plus solide qu'une pure hypothèse;--supposant, par exemple, la matière répandue (sans prétendre expliquer cette diffusion) à travers l'espace occupé par notre système, et même un peu au delà; répandue à l'état de nébulosité hétérogène et obéissant à la loi toute-puissante de la Gravitation, dont il ne s'avise pas de conjecturer le principe;--supposant toutes ces choses (qui sont parfaitement vraies, bien qu'il n'eût pas logiquement le droit de les supposer), Laplace, dis-je, a montré, dynamiquement et mathématiquement, que les résultats naissant forcément de telles circonstances sont ceux, et ceux-là seuls, que nous voyons manifestés dans la condition actuelle du système solaire.
Page 58
La supposition la moins justifiée de Laplace consiste à donner aux atomes un mouvement vers un centre, malgré qu'il comprenne évidemment les atomes comme s'étendant, dans une succession illimitée, à travers l'espace universel.
Page 62
En outre, non-seulement nous avons, non-seulement notre Soleil a le droit de revendiquer la Galaxie comme étant son groupe spécial; mais on peut dire, avec une légère réserve, que toutes les étoiles distinctement visibles du firmament, toutes les étoiles visibles à l'œil nu, ont le droit de s'en réclamer également.
Page 65
Ils ne nous attirent pas et nous ne les attirons pas.
Page 66
Essayons maintenant d'atteindre à ces dernières.
Page 67
Chaque point brillant du firmament est sans doute un Soleil lumineux, ressemblant au nôtre, au moins dans son caractère général, et accompagné d'une plus ou moins grande quantité de planètes plus ou moins grosses, dont la luminosité encore attardée ne peut pas se manifester à nous à une si grande distance, mais qui, néanmoins, roulent, escortées de leurs lunes, autour de leurs centres sidéraux, obéissant aux principes que nous avons constatés, obéissant aux trois lois absolues de révolution, aux trois immortelles lois devinées par l'esprit imaginatif de Kepler et subséquemment expliquées et démontrées par l'esprit patient et mathématique de Newton.
Page 71
En parlant ainsi, je ne puis pas être accusé d'exagération; car c'est la vérité pure qu'en de certains sujets il n'est pas possible d'exagérer.
Page 73
Ayant observé, au moyen des instruments micrométriques les plus délicats, la position exacte de l'étoile, marchons le long de cette inconcevable route, jusqu'à ce que nous ayons atteint l'autre extrémité.
Page 78
Les étoiles, dans cette partie du firmament que nous sommes censés avoir laissée derrière nous, devraient, pendant une longue série d'années, s'accumuler en foule; celles comprises dans le côté opposé devraient avoir l'air de s'éparpiller.
Page 79
_ Mais si, en dépit de l'analogie et de toute autre raison, nous reconnaissons la non-luminosité de ce grand astre central, nous pouvons toujours demander comment ce globe si énorme n'est pas rendu visible, grâce à cette effusion de lumière versée sur lui par les 100 millions de splendides soleils qui brillent dans tous les sens autour de lui.