The Works of Edgar Allan Poe — Volume 2

By Edgar Allan Poe

Page 89

I experienced the full power of such feelings. Sleep came
not near my couch--while the hours waned and waned away. I struggled to
reason off the nervousness which had dominion over me. I endeavored to
believe that much, if not all of what I felt, was due to the bewildering
influence of the gloomy furniture of the room--of the dark and tattered
draperies, which, tortured into motion by the breath of a rising
tempest, swayed fitfully to and fro upon the walls, and rustled uneasily
about the decorations of the bed. But my efforts were fruitless. An
irrepressible tremor gradually pervaded my frame; and, at length, there
sat upon my very heart an incubus of utterly causeless alarm. Shaking
this off with a gasp and a struggle, I uplifted myself upon the pillows,
and, peering earnestly within the intense darkness of the chamber,
harkened--I know not why, except that an instinctive spirit prompted
me--to certain low and indefinite sounds which came, through the pauses
of the storm, at long intervals, I knew not whence. Overpowered by an
intense sentiment of horror, unaccountable yet unendurable, I threw on
my clothes with haste (for I felt that I should sleep no more during the
night), and endeavored to arouse myself from the pitiable condition into
which I had fallen, by pacing rapidly to and fro through the apartment.

I had taken but few turns in this manner, when a light step on an
adjoining staircase arrested my attention. I presently recognised it as
that of Usher. In an instant afterward he rapped, with a gentle touch,
at my door, and entered, bearing a lamp. His countenance was, as usual,
cadaverously wan--but, moreover, there was a species of mad hilarity in
his eyes--an evidently restrained _hysteria_ in his whole demeanor. His
air appalled me--but anything was preferable to the solitude which I had
so long endured, and I even welcomed his presence as a relief.

"And you have not seen it?" he said abruptly, after having stared about
him for some moments in silence--"you have not then seen it?--but, stay!
you shall." Thus speaking, and having carefully shaded his lamp, he
hurried to one of the casements, and threw it freely open to the storm.

The impetuous fury of the entering gust nearly lifted us from our feet.
It was, indeed, a tempestuous yet sternly beautiful night, and one
wildly singular in its terror and its beauty. A whirlwind had apparently
collected its force in our vicinity; for there were frequent and violent
alterations in the direction of the wind; and the exceeding density of
the clouds (which hung

Last Page Next Page

Text Comparison with Histoires extraordinaires

Page 45
S'adresser rue.
Page 46
Soupçonnera-t-on jamais qu'une bête brute ait pu faire le coup? La police est dépistée,--elle n'a pu retrouver le plus petit fil conducteur.
Page 51
Pour mon compte, je discutais en moi-même certains points, qui avaient été dans la première partie de la soirée l'objet de notre conversation; je veux parler de l'affaire de la rue Morgue, et du mystère relatif à l'assassinat de Marie Roget.
Page 76
De profondes ravines irradiaient dans diverses directions et donnaient à la scène un caractère de solennité plus lugubre.
Page 88
Vous allez naturellement me demander où est le rapport? Je répondrai que le crâne ou la tête de mort est l'emblème bien connu des pirates.
Page 89
Le régule de cobalt dissous dans l'esprit de nitre donne une couleur rouge.
Page 106
Ce fut alors que M.
Page 109
--À une hauteur de 25 000 pieds, le ciel apparaît presque noir, et les étoiles se voient distinctement; pendant que la mer, au lieu de paraître convexe, comme on pourrait le supposer, semble absolument et entièrement concave[15].
Page 128
La perspective semblait sans bornes.
Page 145
On se rappellera que, le 13, la terre sous-tendait relativement à moi un angle de 25 degrés.
Page 150
d'humidité qui s'opère par distillation, comme dans le vide, du point situé au-dessous du soleil jusqu'à celui qui en est le plus éloigné;--sur la race même des habitants, sur leurs moeurs, leurs coutumes, leurs institutions politiques; sur leur organisme particulier, leur laideur, leur privation d'oreilles, appendices superflus dans une atmosphère si étrangement modifiée; conséquemment, sur leur ignorance de l'usage et des propriétés du langage; sur la singulière méthode de communication qui remplace la parole;--sur l'incompréhensible rapport qui unit chaque citoyen de la lune à un citoyen du globe terrestre,--rapport analogue et soumis à celui qui régit également les mouvements de la planète et du satellite, et par suite duquel les existences et les destinées des habitants de l'une sont enlacées aux existences et aux destinées des habitants de l'autre;--et par-dessus tout, s'il plaît à Vos Excellences, par-dessus tout, sur les sombres et horribles mystères relégués dans les régions de l'autre hémisphère lunaire, régions qui, grâce à la concordance presque miraculeuse de la rotation du satellite sur son axe avec sa révolution sidérale autour de la terre, n'ont jamais tourné vers nous, et, Dieu merci, ne s'exposeront jamais à la curiosité des télescopes humains.
Page 161
* * * * * Concevoir l'horreur de mes sensations est, je crois, chose absolument impossible; cependant, la curiosité de pénétrer les mystères de ces effroyables régions surplombe encore mon désespoir et suffit à me réconcilier avec le plus hideux aspect de la mort.
Page 188
Le mouvement est l'action de l'esprit, non de la pensée.
Page 192
Ainsi la douleur, qui est impossible dans la vie inorganique, est possible dans l'organique.
Page 198
D'abord, doutant si j'étais réellement éveillé, je me soumis à une série d'épreuves qui me convainquirent bien vite, que je l'étais réellement.
Page 200
Au-dessous de moi gisait mon corps, avec la flèche dans ma tempe, toute la tête grandement enflée et défigurée.
Page 207
Et je perdis tout sentiment du temps et des lieux, et les étoiles de ma destinée disparurent du ciel, et dès lors la terre devint ténébreuse, et toutes les figures terrestres passèrent près de moi comme des ombres voltigeantes, et parmi elles je n'en voyais qu'une,--Morella! Les vents du firmament ne soupiraient qu'un son à mes oreilles, et le clapotement de la mer murmurait incessamment: «Morella!» Mais elle mourut, et de mes propres mains je la portai à sa tombe, et je ris d'un amer et long rire, quand, dans le caveau où je déposai la seconde, je ne découvris aucune trace de la première--Morella.
Page 222
Cette haine pouvait tirer son origine des paroles d'une ancienne prophétie:--_Un grand nom tombera d'une chute terrible, quand, comme le cavalier sur son cheval, la mortalité de Metzengerstein triomphera de l'immortalité de Berlifitzing_.
Page 251
Poe a dû plus d'une fois rêver aux moyens de découvrir des trésors.
Page 260
Tel était donc ce sourire qui avait encouragé notre espérance! Tel.