The Works of Edgar Allan Poe — Volume 2

By Edgar Allan Poe

Page 199

only a mouse crossing the floor," or "It is merely a
cricket which has made a single chirp." Yes, he had been trying to
comfort himself with these suppositions: but he had found all in vain.
All in vain; because Death, in approaching him had stalked with his
black shadow before him, and enveloped the victim. And it was the
mournful influence of the unperceived shadow that caused him to
feel--although he neither saw nor heard--to feel the presence of my head
within the room.

When I had waited a long time, very patiently, without hearing him lie
down, I resolved to open a little--a very, very little crevice in
the lantern. So I opened it--you cannot imagine how stealthily,
stealthily--until, at length a simple dim ray, like the thread of the
spider, shot from out the crevice and fell full upon the vulture eye.

It was open--wide, wide open--and I grew furious as I gazed upon it. I
saw it with perfect distinctness--all a dull blue, with a hideous
veil over it that chilled the very marrow in my bones; but I could see
nothing else of the old man's face or person: for I had directed the ray
as if by instinct, precisely upon the damned spot.

And have I not told you that what you mistake for madness is but
over-acuteness of the sense?--now, I say, there came to my ears a low,
dull, quick sound, such as a watch makes when enveloped in cotton. I
knew that sound well, too. It was the beating of the old man's heart. It
increased my fury, as the beating of a drum stimulates the soldier into
courage.

But even yet I refrained and kept still. I scarcely breathed. I held the
lantern motionless. I tried how steadily I could maintain the ray upon
the eve. Meantime the hellish tattoo of the heart increased. It grew
quicker and quicker, and louder and louder every instant. The old man's
terror must have been extreme! It grew louder, I say, louder every
moment!--do you mark me well I have told you that I am nervous: so I am.
And now at the dead hour of the night, amid the dreadful silence of
that old house, so strange a noise as this excited me to uncontrollable
terror. Yet, for some minutes longer I refrained and stood still. But
the beating grew louder, louder! I thought the heart must burst. And now
a new anxiety seized me--the sound would be heard by a neighbour! The
old man's hour had come! With a loud yell, I threw open the lantern
and

Last Page Next Page

Text Comparison with Eureka

Page 3
_ L'espace embrassé par le grand astronome français est à celui embrassé par ma théorie, comme une bulle est à l'océan sur lequel elle flotte, et il ne fait pas, lui, Laplace, la plus légère allusion au _principe proposé précédemment,_ c'est-à-dire au principe de l'Unité pris comme source de tous les êtres,--le principe de la Gravitation n'étant que la Réaction de l'Acte Divin par lequel tous les êtres ont été irradiés de l'Unité.
Page 4
» Par l'emploi des italiques, comme le critique le sait parfaitement, j'ai l'intention de distinguer les deux possibilités,--celle d'une connaissance de Dieu par ses ouvrages et celle d'une connaissance de Dieu dans _sa nature essentielle.
Page 7
Ses plus célèbres disciples furent un certain Tuclide, géomètre» (il veut dire Euclide), «et un nommé Kant, un Allemand, inventeur de cette espèce de transcendantalisme qui aujourd'hui porte encore son nom, sauf la substitution du C au K[1].
Page 12
«Or, si je cherche querelle à ces anciens,--continue l'auteur de la lettre,--ce n'est pas tant à cause de l'inconsistance et de la frivolité de leur logique, qui, pour parler net, était sans fondement, sans valeur et absolument fantastique, qu'à cause de cette tyrannique et orgueilleuse interdiction de toutes les routes qui peuvent conduire à la Vérité, toutes, excepté les deux étroites et tortues, celle où il faut se traîner et celle où il faut ramper, dans lesquelles leur ignorante perversité avait osé confiner l'Ame,--l'Ame qui n'aime rien tant que planer dans ces régions de l'illimitable intuition où ce qu'on appelle une _route_ est chose absolument, inconnue.
Page 14
] [Footnote 3: Aries, Ram, bélier.
Page 18
_ «C'est une sphère, dit-il, dont le centre est partout, et la circonférence nulle part.
Page 24
_ A ce sujet, toutefois, qu'il me soit permis de faire une pause et de noter que ces phénomènes, observés dans leur généralité ou dans leurs détails, semblent procéder _au moins en raison de l'hétérogénéité.
Page 26
Or, quoique les hommes de philosophie ne puissent pas être accusés de se tromper avec le vulgaire dans cette matière, ils se laissent toutefois influencer, à leur insu, par l'idée vulgaire agissant comme sentiment.
Page 45
--Supposons que cette agglomération particulière dont nous avons parlé, celle qui a eu lieu au point marqué par le centre de notre Soleil, ait continué jusqu'à ce qu'une vaste quantité de matière nébuleuse y ait pris une forme à peu près sphérique; son centre coïncidant évidemment avec le centre actuel ou plutôt le centre originel de notre Soleil, et sa périphérie s'étendant au delà de l'orbite de Neptune, la plus éloignée de nos planètes;--en d'autres termes, supposons que le diamètre de cette sphère grossière ait été d'environ six mille millions de milles.
Page 50
caractère essentiel;--et en disant cela je suis profondément sérieux.
Page 53
Ces soleils sont-ils invisibles simplement à cause de la longueur de temps écoulé depuis qu'ils ont produit une planète? Et en revanche, ne pouvons-nous pas, au moins dans de certains cas, expliquer les apparitions soudaines de soleils sur des points où nous n'en avions pas jusqu'à présent soupçonné l'existence, en supposant qu'ayant tourné avec des surfaces durcies pendant les quelques milliers d'années qui composent notre histoire astronomique, ils ont pu enfin, après avoir produit un nouvel astre secondaire, déployer les splendeurs de leur partie intérieure toujours incandescente? Quant au fait bien certain de l'accroissement proportionnel de chaleur à mesure que nous pénétrons dans l'intérieur de la Terre, il suffit de le rappeler en passant, et il sert à corroborer aussi.
Page 66
ce Discours, je vise moins à l'ordre physique qu'au métaphysique.
Page 67
Elles dominent partout où domine l'Attraction.
Page 69
qu'il existe un homme qui puisse faire entrer dans son cerveau la plus vague conception de l'intervalle compris entre une borne milliaire et sa plus proche voisine.
Page 81
Ce n'est que le désir propre à l'Homme de posséder une Cause Première fondamentale, qui persuade à son intelligence et à son imagination d'adopter une telle hypothèse.
Page 84
Il n'existe peut-être pas un seul homme, d'une éducation ordinaire et d'une faculté de méditation moyenne, à qui, dans une certaine mesure, l'idée en question ne se soit présentée, comme spontanée, instinctive, et portant tout le caractère d'une conception profonde et originale.
Page 85
pas un principe qui puisse affecter les lourdes et solides _sphères_ qui doivent être considérées comme les vrais matériaux constituants de l'Univers.
Page 87
_ C'est uniquement dans le développement de cet Éther, par l'hétérogénéité, que des masses particulières de Matière sont devenues animées, sensibles, et en proportion de leur hétérogénéité; quelques-unes atteignant un degré de sensibilité qui implique ce que nous appelons _Pensée,_ et montant ainsi jusqu'à l'Intelligence Consciente.
Page 88
Donc, quand, son but accompli, la Matière sera revenue à sa condition première d'Unité,--condition qui présuppose l'expulsion de l'Éther séparatif, dont la fonction consiste simplement à maintenir les atomes à part les uns des autres jusqu'au grand jour où, cet éther n'étant plus nécessaire, la pression victorieuse de la collective et finale Attraction viendra prédominer dans la mesure voulue pour l'expulser;--quand, dis-je, la Matière, excluant l'Éther, sera retournée à l'Unité absolue, la Matière (pour parler d'une manière paradoxale) existera alors sans Attraction et sans Répulsion; en d'autres termes, la Matière sans la Matière, ou l'absence de Matière.
Page 90
Il n'était pas et il n'est pas au pouvoir de cet Être,--pas.