The Works of Edgar Allan Poe — Volume 1

By Edgar Allan Poe

Page 11

In judging of the merit of an author, and assigning him his
niche among our household gods, we have a right to regard him from
our own point of view, and to measure him by our own standard. But,
in estimating the amount of power displayed in his works, we must be
governed by his own design, and placing them by the side of his own
ideal, find how much is wanting. We differ from Mr. Poe in his opinions
of the objects of art. He esteems that object to be the creation of
Beauty, and perhaps it is only in the definition of that word that we
disagree with him. But in what we shall say of his writings, we shall
take his own standard as our guide. The temple of the god of song is
equally accessible from every side, and there is room enough in it for
all who bring offerings, or seek in oracle.

In his tales, Mr. Poe has chosen to exhibit his power chiefly in that
dim region which stretches from the very utmost limits of the probable
into the weird confines of superstition and unreality. He combines in
a very remarkable manner two faculties which are seldom found united; a
power of influencing the mind of the reader by the impalpable shadows
of mystery, and a minuteness of detail which does not leave a pin or
a button unnoticed. Both are, in truth, the natural results of the
predominating quality of his mind, to which we have before alluded,
analysis. It is this which distinguishes the artist. His mind at once
reaches forward to the effect to be produced. Having resolved to bring
about certain emotions in the reader, he makes all subordinate parts
tend strictly to the common centre. Even his mystery is mathematical
to his own mind. To him X is a known quantity all along. In any picture
that he paints he understands the chemical properties of all his
colors. However vague some of his figures may seem, however formless
the shadows, to him the outline is as clear and distinct as that of
a geometrical diagram. For this reason Mr. Poe has no sympathy with
Mysticism. The Mystic dwells in the mystery, is enveloped with it; it
colors all his thoughts; it affects his optic nerve especially, and the
commonest things get a rainbow edging from it. Mr. Poe, on the other
hand, is a spectator _ab extra_. He analyzes, he dissects, he watches

"with an eye serene,
The very

Last Page Next Page

Text Comparison with Histoires extraordinaires

Page 8
lendemain matin, dans les pâles ténèbres du petit jour, un cadavre fut trouvé sur la voie,--est-ce ainsi qu'il faut dire?--non, un corps vivant encore, mais que la Mort avait déjà marqué de sa royale estampille.
Page 29
Ce témoin rend compte de l'état de la chambre et des cadavres dans les mêmes termes que nous l'avons fait hier.
Page 44
Cette touffe de poils fauves est aussi d'un caractère identique à celui de l'animal de Cuvier.
Page 51
Je veux parler de sa manie _de nier ce qui est, et d'expliquer ce qui n'est pas_[7].
Page 81
À la fin, le vacarme fut étouffé, grâce à Jupiter, qui, s'élançant hors du trou avec un air furieusement décidé, musela la gueule de l'animal avec une de ses bretelles et puis retourna à sa tâche avec un petit rire de triomphe très-grave.
Page 89
On emploie quelquefois le safre, digéré dans l'eau régale et délayé dans quatre fois son poids d'eau; il en résulte une teinte verte.
Page 102
Osborne, deux gentlemen bien connus par leurs lumières scientifiques et spécialement pour l'intérêt qu'ils ont manifesté pour les progrès de l'aérostation.
Page 111
L'origine de ce vacarme devint bientôt suffisamment manifeste.
Page 125
Véritablement, il n'y a pas d'autre moyen de se rendre compte de la variation en question.
Page 129
C'est, à coup sûr, une singulière rencontre, car je n'aurais pas supposé qu'un nuage de cette nature pût se soutenir à une si grande élévation.
Page 137
La chatte semblait de nouveau souffrir beaucoup, et je ne doutai pas qu'il ne fallût attribuer particulièrement son malaise à la difficulté de respirer; mais mon expérience relativement aux petits avait eu un résultat des plus étranges.
Page 148
Mais, comme ces inconvénients et d'autres encore relatifs à la respiration n'étaient pas assez grands pour mettre ma vie en péril, je me résignai à les endurer de mon mieux, d'autant plus que j'avais tout lieu d'espérer qu'ils disparaîtraient progressivement, chaque minute me rapprochant des couches plus denses de l'atmosphère lunaire.
Page 159
* * * * * Il y a environ une heure, je me suis senti la hardiesse de me glisser dans un groupe d'hommes de l'équipage.
Page 168
«Nous étions passés tous les trois, mes deux frères et moi, à travers les îles à deux heures de l'après-midi environ, et nous eûmes bientôt chargé le semaque de fort beau poisson, qui--nous l'avions remarqué tous trois--était plus abondant ce jour-là que nous ne l'avions jamais vu.
Page 193
Je ne pus obtenir sur sa.
Page 198
Des rues fourmillantes aux quais de la rivière descendaient d'innombrables escaliers qui conduisaient à des bains, pendant que la rivière elle-même semblait avec peine se frayer un passage à travers les vastes flottes de bâtiments surchargés qui tourmentaient sa surface en tous sens.
Page 210
Dans ces moments-là, sa beauté était--du moins, elle apparaissait telle à ma pensée enflammée--la beauté de la fabuleuse houri[46] des Turcs.
Page 226
» Ceci à coup sûr n'était que l'explosion niaise d'une pique héréditaire et prouvait que nos paroles deviennent singulièrement absurdes quand nous voulons leur donner une forme extraordinairement énergique.
Page 249
Profondément pénétré de ses convictions, il fit une guerre infatigable aux faux raisonnements, aux postiches niais, aux solécismes, aux barbarismes et à tous les délits littéraires qui se commettent journellement dans les journaux et les livres.
Page 266
--(C.