The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket Comprising the details of a mutiny and atrocious butchery on board the American brig Grampus, on her way to the South Seas, in the month of June, 1827.

By Edgar Allan Poe

Page 157

to be left open for hope. We resolved to steer boldly to the
southward, where there was at least a probability of discovering other
lands, and more than a probability of finding a still milder climate.

So far we had found the Antarctic, like the Arctic Ocean, peculiarly
free from violent storms or immoderately rough water; but our canoe
was, at best, of frail structure, although large, and we set busily to
work with a view of rendering her as safe as the limited means in our
possession would admit. The body of the boat was of no better material
than bark--the bark of a tree unknown. The ribs were of a tough osier,
well adapted to the purpose for which it was used. We had fifty feet
room from stem to stern, from four to six in breadth, and in depth
throughout four feet and a half--the boats thus differing vastly in
shape from those of any other inhabitants of the Southern Ocean with
whom civilized nations are acquainted. We never did believe them the
workmanship of the ignorant islanders who owned them; and some days
after this period discovered, by questioning our captive, that they
were in fact made by the natives of a group to the southwest of the
country where we found them, having fallen accidentally into the hands
of our barbarians. What we could do for the security of our boat was
very little indeed. Several wide rents were discovered near both ends,
and these we contrived to patch up with pieces of woollen jacket. With
the help of the superfluous paddles, of which there were a great many,
we erected a kind of framework about the bow, so as to break the force
of any seas which might threaten to fill us in that quarter. We also
set up two paddle-blades for masts, placing them opposite each other,
one by each gunwale, thus saving the necessity of a yard. To these
masts we attached a sail made of our shirts--doing this with some
difficulty, as here we could get no assistance from our prisoner
whatever, although he had been willing enough to labour in all the
other operations. The sight of the linen seemed to affect him in a very
singular manner. He could not be prevailed upon to touch it or go near
it, shuddering when we attempted to force him, and shrieking out
_Tekeli-li!_

Having completed our arrangements in regard to the security of the
canoe, we now set sail to the south southeast for the present, with the
view of weathering the most southerly of the

Last Page Next Page

Text Comparison with Histoires extraordinaires

Page 13
vous est peloté et proprement discuté.
Page 14
Comme dans toutes les choses excessives par un sens, un déficit pouvait résulter de l'abondance, une pauvreté de l'usurpation.
Page 55
--Pas le moins du monde, si, en déposant l'objet, on a eu soin de l'entourer d'une bourre de coton suffisante.
Page 66
.
Page 70
Je les ai faites aussi distinctes qu'elles le sont dans l'original, et je présume que cela est bien suffisant.
Page 88
Comment donc pouvez-vous établir un rapport entre le bateau et le crâne,--puisque ce dernier, d'après votre propre aveu, a dû être dessiné--Dieu sait comment ou par qui!--postérieurement à votre dessin du scarabée? --Ah! c'est là-dessus que roule tout le mystère; bien que j'aie eu comparativement peu de peine à résoudre ce point de l'énigme.
Page 90
Mais je fus cruellement déconcerté par l'absence du reste,--du corps même de mon document rêvé,--du texte de mon contexte.
Page 147
Peu de temps après, tout le bord sombre s'éclaira.
Page 150
Tel est donc l'objet de la présente lettre.
Page 164
Je ne sais pas précisément de quel point de vue ni à quelle heure l'a vu l'écrivain en question; mais ce ne peut être ni du sommet de Helseggen, ni pendant une tempête.
Page 175
«Ce n'était pas une nouvelle terreur qui m'affectait ainsi, mais l'aube d'une espérance bien plus émouvante.
Page 191
_ Vous avez dit souvent que l'état magnétique ressemblait singulièrement à la mort.
Page 201
je ne puis contraindre mon intelligence, même pour une minute, à considérer tout cela comme un songe.
Page 206
Ainsi passèrent deux lustres[44] de sa vie, et toujours ma fille restait sans nom sur la terre.
Page 216
Cette matière était un tissu d'or des plus riches, tacheté, par intervalles réguliers, de figures arabesques, d'un pied de diamètre environ, qui enlevaient sur le fond leurs dessins d'un noir de jais.
Page 235
_ _Encore, comme faits (j'entends le mot faits dans le sens restreint des gens du monde), quelle pauvre moisson pour le souvenir! Le réveil du matin, le soir, l'ordre du coucher; les leçons à apprendre, les récitations, les demi-congés périodiques et les promenades, la cour de récréation avec ses querelles, ses passe-temps, ses intrigues, tout cela, par une magie psychique depuis longtemps oubliée, était destiné à envelopper un débordement de sensations, un monde riche d'incidents, un univers d'émotions variées et d'excitations les plus passionnées et les plus fiévreuses.
Page 239
C'est de cette édition que les traducteurs français ont tiré presque tous les échantillons du talent d'Edgar Poe qui ont paru dans les journaux de Paris.
Page 249
Il y a là une collection remarquable d'appréciations critiques des principaux auteurs anglais et américains, souvent des mémoires français.
Page 258
On dirait qu'il cherche à appliquer à la littérature les procédés de la philosophie, et à la philosophie la méthode de l'algèbre.
Page 263
Relation officielle de sa mort par le médecin qui l'a soigné.