The Complete Poetical Works of Edgar Allan Poe Including Essays on Poetry

By Edgar Allan Poe

Page 76

that--and thus I answer thee--
Thus on my bended knee I answer thee. (_kneeling_.)
Sweet Lalage, _I love thee_--_love thee_--_love thee_;
Thro' good and ill--thro' weal and woe, _I love thee_.
Not mother, with her first-born on her knee,
Thrills with intenser love than I for thee.
Not on God's altar, in any time or clime,
Burned there a holier fire than burneth now
Within my spirit for _thee_. And do I love?
(_arising_.)
Even for thy woes I love thee--even for thy woes--
Thy beauty and thy woes.

_Lal_. Alas, proud Earl,
Thou dost forget thyself, remembering me!
How, in thy father's halls, among the maidens
Pure and reproachless of thy princely line,
Could the dishonored Lalage abide?
Thy wife,

Last Page Next Page

Text Comparison with Eureka

Page 1
» Dans sa préface, il disait: «A ceux-là, si rares, qui m'aiment et que j'aime; à ceux qui sentent plutôt qu'à ceux qui pensent; aux rêveurs et à ceux qui ont mis leur foi dans les rêves comme dans les seules réalités, j'offre ce livre de Vérités, non pas seulement pour son caractère Véridique, mais à cause de la Beauté qui abonde dans sa Vérité, et qui confirme son caractère véridique.
Page 6
La tentative qui se rapproche le plus d'un pareil ouvrage a été faite dans le _Cosmos_ d'Alexander von Humboldt.
Page 7
trouvée dans une bouteille bouchée, pendant qu'elle flottait sur le _Mare Tenebrarum,--_océan fort bien décrit par Ptolémée Héphestion, le géographe nubien, mais bien peu fréquenté dans les temps modernes, si ce n'est par les transcendantalistes et autres chercheurs d'idées creuses.
Page 12
à la règle générale puisse avoir lieu dans des cas où _l'impossibilité de comprendre_ est aussi manifeste qu'en celui-ci, où nous sommes invités à concevoir un arbre qui soit et ne soit pas un arbre.
Page 13
_ Oui! ces lois vitales, Kepler les a _devinées;_ disons même qu'il les a _imaginées.
Page 19
.
Page 24
Il est si rigoureusement vrai, il est si parfaitement rationnel que l'attraction et la répulsion sont les _seules_ propriétés par lesquelles nous percevons l'Univers,--en d'autres termes, par lesquelles la Matière se manifeste à l'Esprit,--que nous avons pleinement le droit de supposer que la matière _n'existe_ que comme attraction et répulsion,--que l'attraction et la répulsion _sont_ matière,--nous servant de cette hypothèse comme d'un moyen de faciliter l'argumentation;--car il est.
Page 40
_ Chaque autre agent naturel dérive, plus ou moins immédiatement, de ces deux-là et serait en conséquence plus convenablement désigné sous le nom de sous-principe.
Page 43
Sans nous appesantir sur l'impossibilité de cette conception, remarquons que l'extension infinie de la Matière est une idée qui, si elle n'est pas positivement contredite, du moins n'est pas du tout confirmée par les observations télescopiques;--c'est un point à éclaircir plus tard; et cette raison empirique qui nous fait croire que la Matière est originellement finie se trouve confirmée d'une manière non empirique.
Page 52
Les hypothèses fondamentales de ce traité impliquent nécessairement certaines modifications importantes de la Théorie telle qu'elle nous est présentée par Laplace.
Page 54
La Théorie de Laplace a reçu récemment, par les mains du philosophe Comte, une confirmation plus forte encore qu'if n'était nécessaire.
Page 56
Il n'y aurait eu aucune réaction, si l'acte avait été infiniment continué.
Page 58
Ainsi, relativement à l'existence positive des nébuleuses, existence si présomptueusement affirmée par les astronomes ses contemporains, il s'appuyait bien moins sur ce qu'il voyait que sur ce qu'il entendait dire.
Page 59
_ Avant les expériences de Maskelyne, qu'était donc la Loi de Gravitation? Une hypothèse.
Page 60
Ici il s'en rassemblera un millier, là un million; ici peut-être un trillion,--laissant ainsi autour d'eux d'incommensurables vides dans l'espace.
Page 63
Naturellement, les étoiles, dans le premier cas, apparaissent comme éparpillées, et, dans le second, comme accumulées.
Page 76
Et ainsi l'esprit philosophique comprendra sans peine que les intentions divines, dans la constitution des étoiles, avancent mathématiquement vers leur accomplissement;--il comprendra plus encore; il donnera à ce progrès une expression mathématique; il affirmera que ce progrès est en proportion inverse des carrés des distances où toutes les choses créées se trouvent relativement à ce qui est à la fois le point de départ et le but de leur création.
Page 81
» Si j'avais à décrire, à ma guise, la condition actuelle nécessaire des nébuleuses, dans l'hypothèse, suggérée par moi, que toute matière s'achemine vers l'Unité originelle, je copierais simplement, et presque mot à mot, le langage qu'a employé le Docteur Nichol sans soupçonner le moins du monde cette prodigieuse vérité, qui est la clef de tous les phénomènes relatifs aux nébuleuses.
Page 86
Quand même on eût pu, par une cause aussi accessoire et indirecte que l'éther, démontrer cette fin, l'instinct qui révèle à l'Homme la Puissance Divine d'adaptation se serait révolté contre cette démonstration.
Page 90
_ L'absolue impossibilité pour une âme de se sentir inférieure à une autre; l'intense, l'insupportable malaise et la rébellion qui sont le résultat d'une pareille idée, et puis les irrépressibles aspirations vers la perfection, ne sont que les efforts spirituels, coïncidant avec les matériels, pour retourner à l'Unité primitive,--et constituent, pour mon esprit du moins, une espèce de preuve, dépassant de beaucoup ce que l'Homme appelle une démonstration, qu'il n'y a pas d'âme inférieure à une autre,--que rien n'est et ne peut être supérieur à une âme quelconque,--que chaque âme est, partiellement, son propre Dieu, son propre Créateur;--en un mot, que Dieu, le Dieu matériel et spirituel, n'existe maintenant que dans la Matière diffuse et l'Esprit diffus de l'Univers; et que la concentration de cette Matière et de cet Esprit pourra seule reconstituer le Dieu _purement_ Spirituel et Individuel.