The Complete Poetical Works of Edgar Allan Poe Including Essays on Poetry

By Edgar Allan Poe

Page 30

roses?
No footstep stirred: the hated world all slept,
Save only thee and me--(O Heaven!--O God!
How my heart beats in coupling those two words!)--
Save only thee and me. I paused--I looked--
And in an instant all things disappeared.
(Ah, bear in mind this garden was enchanted!)
The pearly lustre of the moon went out:
The mossy banks and the meandering paths,
The happy flowers and the repining trees,
Were seen no more: the very roses' odors
Died in the arms of the adoring airs.
All--all expired save thee--save less than thou:
Save only the divine light in thine eyes--
Save but the soul in thine uplifted eyes.
I saw but them--they were the world to me.
I saw but them--saw only them for hours--
Saw only them until the moon went down.
What wild heart-histories seemed to lie unwritten
Upon those crystalline, celestial spheres!
How dark a woe! yet how sublime a hope!
How silently serene a sea of pride!
How daring an ambition! yet how deep--
How fathomless a capacity for love!

But now, at length, dear Dian sank from sight,
Into a western couch of thunder-cloud;
And thou, a ghost, amid the entombing trees
Didst glide away. _Only thine eyes remained._
They _would not_ go--they never yet have gone.
Lighting my lonely pathway home that night,
_They_ have not left me (as my hopes have) since.
They follow me--they lead me through the years.

They are my ministers--yet I their slave.
Their office is to illumine and enkindle--
My duty, _to be saved_ by their bright light,
And purified in their electric fire,
And sanctified in their elysian fire.
They fill my soul with Beauty (which is Hope),
And are far up in Heaven--the stars I kneel to
In the sad, silent watches of my night;
While even in the meridian glare of day
I see them still--two sweetly scintillant
Venuses, unextinguished by the sun!


1846.





* * * * *





ANNABEL LEE.


It was

Last Page Next Page

Text Comparison with Nouvelles histoires extraordinaires

Page 12
La Vérité n'a rien à faire avec les chansons.
Page 25
Si je me levais pour marcher, il se fourrait dans mes jambes, et me jetait presque par terre, ou bien, enfonçant ses griffes longues et aiguës dans mes habits, grimpait de cette manière jusqu'à ma poitrine.
Page 29
La page vierge étalée devant moi ne doit pas être souillée par mon véritable nom.
Page 45
À peine eus-je mis le pied dans Paris, que j'eus une preuve nouvelle du détestable intérêt que le Wilson prenait à mes affaires.
Page 47
Le court instant pendant lequel je m'étais détourné avait suffi pour produire, en apparence, un changement matériel dans les dispositions locales à l'autre bout de la chambre.
Page 62
En même temps, mon propre mal,--car on m'a dit que je ne pouvais pas l'appeler d'un autre nom,--mon propre mal grandissait rapidement, et, ses symptômes s'aggravant par un usage immodéré de l'opium, il prit finalement le caractère d'une monomanie d'une forme nouvelle et extraordinaire.
Page 70
L'auteur de cette lettre me parlait d'une maladie physique aiguë,--d'une affection mentale qui l'oppressait,--et d'un ardent désir de me voir, comme étant son meilleur et véritablement son seul ami,--espérant trouver dans la joie de ma société quelque soulagement à son mal.
Page 91
Au centre bâillait le puits circulaire, à la gueule duquel j'avais échappé; mais il n'y en.
Page 101
Il savait que Hop-Frog craignait le vin; car cette boisson excitait le pauvre boiteux jusqu'à la folie; et la folie n'est pas une manière de sentir bien réjouissante.
Page 103
.
Page 123
À la vue de cette extraordinaire assemblée et de son attirail encore plus extraordinaire, nos.
Page 133
Dans sa main gauche était une tabatière en or, où il puisait incessamment du tabac de l'air le plus glorieux du monde, pendant qu'il cabriolait en descendant la colline, et dessinait toutes sortes de pas fantastiques.
Page 137
Student in Ill Health_.
Page 141
Pendant ce temps-là considérons cette figure.
Page 150
Buckingham, la momie se tourna avec humeur vers M.
Page 158
Je demandai quel était le nom du tyran usurpateur.
Page 173
l'influence de la comète; et nous vivions cependant.
Page 174
.
Page 178
Et j'étais blotti à l'abri des nénuphars, et j'observais les actions de l'homme.
Page 187
--E.