The Complete Poetical Works of Edgar Allan Poe Including Essays on Poetry

By Edgar Allan Poe

Page 172

possible, is the exact
converse of the poetical. _He_ must be blind indeed who does not
perceive the radical and chasmal difference between the truthful and the
poetical modes of inculcation. He must be theory-mad beyond redemption
who, in spite of these differences, shall still persist in attempting to
reconcile the obstinate oils and waters of Poetry and Truth.

Dividing the world of mind into its three most immediately obvious
distinctions, we have the Pure Intellect, Taste, and the Moral Sense. I
place Taste in the middle because it is just this position which in the
mind it occupies. It holds intimate relations with either extreme; but
from the Moral Sense is separated by so faint a difference that
Aristotle has not hesitated to place some of its operations among the
virtues themselves. Nevertheless we find the _offices_ of the trio
marked with a sufficient distinction. Just as the Intellect concerns
itself with Truth, so Taste informs us of the Beautiful, while the Moral
Sense is regardful of Duty. Of this latter, while Conscience teaches the
obligation, and Reason the expediency, Taste contents herself with
displaying the charms, waging war upon Vice solely on the ground of her
deformity, her disproportion, her animosity to the fitting, to the
appropriate, to the harmonious, in a word, to Beauty.

An immortal instinct deep within the spirit of man is thus plainly a
sense of the Beautiful. This it is which administers to his delight in
the manifold forms, and sounds, and odors, and sentiments amid which he
exists. And just as the lily is repeated in the lake, or the eyes of
Amaryllis in the mirror, so is the mere oral or written repetition of
these forms, and sounds, and colors, and odors, and sentiments a
duplicate source of delight. But this mere repetition is not poetry. He
who shall simply sing, with however glowing enthusiasm, or with however
vivid a truth of description, of the sights, and sounds, and odors, and
colors, and sentiments which greet him in common with all mankind--he, I
say, has yet failed to prove his divine title. There is still a
something in the distance which he has been unable to attain. We have
still a thirst unquenchable, to allay which he has not shown us the
crystal springs. This thirst belongs to the immortality of man. It is at
once a consequence and an indication of his perennial existence. It is
the desire of the moth for the star. It is no mere appreciation of the
Beauty before us, but a wild effort to reach the Beauty above. Inspired
by an ecstatic

Last Page Next Page

Text Comparison with Eureka

Page 5
P.
Page 6
Son thème, en résultat final, c'est la loi de _chaque_ partie de l'Univers purement physique, selon que cette loi est apparentée avec les lois de _toute autre_ partie de cet Univers purement physique.
Page 11
Nous ne parlerons pas, par exemple, de propositions comme celle-ci: Deux lignes droites ne peuvent pas limiter un espace,--ou celle-ci: Le tout est plus grand qu'une de ses parties quelconques.
Page 16
Ceci, dira-t-on, est un non-sens; peut-être bien; je crois vraiment que c'est un parfait non-sens, mais je n'ai nullement la prétention de le réclamer comme étant de mon fait.
Page 30
Nous n'avons donc aucun droit de supposer, d'après ce que nous observons dans les règles qu'il nous plaît follement d'appeler _principes,_ quoi que ce soit qui ressemble aux caractéristiques d'un principe proprement dit.
Page 34
L'Irradiation, par laquelle seule ces deux vérités sont conciliées, est conséquemment une vérité; je le perçois.
Page 37
Pour qu'une chose soit mauvaise, il faut qu'il y ait quelque autre chose qui soit _comparable_ à ce qui est mauvais;--une condition à laquelle cette chose mauvaise ne satisfait pas; une loi qu'elle viole; un être qu'elle offense.
Page 40
J'affirme ensuite que ces conditions elles-mêmes se sont imposées à ma pensée comme résultats inévitables d'un raisonnement _aussi logique que celui sur lequel repose n'importe quelle démonstration d'Euclide;_ et j'affirme, en troisième lieu, que, quand même l'accusation d'hypothèse serait aussi bien appuyée qu'elle est, en fait, vaine et insoutenable, la validité et l'infaillibilité de mon résultat n'en serait cependant pas infirmée, même dans le plus petit détail.
Page 42
On voit donc que le _principe axiomatique_ lui-même est susceptible de variation, et que naturellement les axiomes sont susceptibles d'un semblable changement.
Page 47
Le mouvement supérieur prédominant a dû faire tourner chaque fragment sur lui-même, c'est-à-dire lui imprimer une rotation; et le sens de cette rotation a été naturellement le sens de la révolution d'où elle avait pris naissance.
Page 62
Une idée bien fausse a été conçue relativement à la forme de la Galaxie, de laquelle il est dit, dans presque tous nos traités astronomiques, qu'elle ressemble à celle d'un Y capital.
Page 65
_ XII Dans la conduite de.
Page 66
Jusqu'à présent, notre attention s'est dirigée presque exclusivement vers un groupement général et relatif des corps stellaires dans l'espace.
Page 68
Puis viennent les huit astéroïdes (Cérès, Junon, Vesta, Pallas, Astrée, Flore, Iris et Hébé), à une distance moyenne d'environ 250 millions.
Page 70
Notre Soleil, l'astre central et dirigeant du système auquel appartient Jupiter, est non-seulement plus gros que Jupiter, mais aussi beaucoup plus gros que toutes les planètes du système prises ensemble.
Page 71
Mais tâchons de poser la matière plus distinctement sous les yeux de l'esprit.
Page 77
Ainsi, dans la construction du plan d'une fiction littéraire, nous devrions nous efforcer d'arranger les incidents de telle façon qu'il fût impossible de déterminer si un quelconque d'entre eux dépend d'un autre quelconque ou lui sert d'appui.
Page 86
L'équilibre entre les forces,.
Page 87
Mais tout cela ne sera qu'une magnificence climatérique présageant la grande Fin.
Page 90
Le Doute, la Surprise et l'Incompréhensibilité arrivent au même moment.