The Complete Poetical Works of Edgar Allan Poe Including Essays on Poetry

By Edgar Allan Poe

Page 103

is given
To bear the Goddess' song, in odors, up to Heaven [10]:

"Spirit! that dwellest where,
In the deep sky,
The terrible and fair,
In beauty vie!
Beyond the line of blue--
The boundary of the star
Which turneth at the view
Of thy barrier and thy bar--
Of the barrier overgone
By the comets who were cast
From their pride, and from their throne
To be drudges till the last--
To be carriers of fire
(The red fire of their heart)
With speed that may not tire
And with pain that shall not part--
Who livest--_that_ we know--
In Eternity--we feel--
But the shadow of whose brow
What spirit shall reveal?
Tho' the beings whom thy Nesace,
Thy messenger hath known
Have dream'd for thy Infinity
A model of their own [11]--
Thy will is done, O God!
The star hath ridden high
Thro' many a tempest, but she rode
Beneath thy burning eye;
And here, in thought, to thee--
In thought that can alone
Ascend thy empire and so be
A partner of thy throne--
By winged Fantasy [12],
My embassy is given,
Till secrecy shall knowledge be
In the environs of Heaven."

She ceas'd--and buried then her burning cheek
Abash'd, amid the lilies there, to seek
A shelter from the fervor of His eye;
For the stars trembled at the Deity.
She stirr'd not--breath'd not--for a voice was there
How solemnly pervading the calm air!
A sound of silence on the startled ear

Last Page Next Page

Text Comparison with Derniers Contes

Page 3
Tu etais bien curieusement embaume, et etiquete comme un effet de commerce.
Page 8
Sa longueur egalait celle des plus hauts arbres, et il etait aussi large que la grande salle d'audience de votre palais, o le plus sublime et le plus magnifique des califes! Son corps, tout a fait different de celui des poissons ordinaires, etait aussi dur qu'un roc, et toute la partie qui flottait au-dessus de l'eau etait d'un noir de jais, a l'exception d'une etroite bande de couleur rouge-sang qui lui formait une ceinture.
Page 9
"La vue de cette hideuse bete nous causa une grande terreur; mais notre etonnement fut encore plus grand que notre peur, quand, la considerant de plus pres, nous apercumes sur son dos une multitude d'animaux a peu pres de la taille et de la forme humaines, et ressemblant parfaitement a des hommes, sinon qu'ils ne portaient pas (comme les hommes) des vetements, la nature, sans doute, les ayant pourvus d'une espece d'accoutrement laid et incommode, qui s'ajustait si etroitement a la peau qu'il rendait ces pauvres malheureux ridiculement gauches, et semblait les mettre a la torture.
Page 12
"Au dela de cette ile, nous atteignimes une contree ou il y avait une caverne qui s'etendait a la distance de trente ou quarante milles dans les entrailles de la terre, et qui contenait des palais plus nombreux, plus spacieux et plus magnifiques que tous ceux de Damas ou de Bagdad.
Page 29
Mais grands Dieux! qu'arrive-t-il? Ah! je vois ce que c'est: le ballon vient d'en rencontrer un autre; il y a eu collision, et nous allons piquer une tete dans la mer.
Page 35
_ Il est bien un peu vieilli; mais bien habille et bien presente, il paraitra aussi frais que jamais.
Page 39
Il etait habille avec une remarquable simplicite.
Page 40
Je suis la signora Psyche Zenobi_.
Page 41
Diane avait senti le rat.
Page 48
--Notre filou est audacieux.
Page 55
initiales sous lesquelles il faudrait lire la phrase classique _Non Est Inventus_[56].
Page 56
Or, je ne suis pas.
Page 58
Le petit compte au sujet duquel nous nous querellames, et finimes par nous separer, ne peut, en aucun de ses articles, paraitre surcharge a qui que ce soit tant soit peu verse dans les affaires.
Page 74
Entre autres choses, je fis retoucher le caveau de famille, de maniere a ce qu'il put facilement etre ouvert de l'interieur.
Page 85
.
Page 96
Par exemple: on prend les cartes du talon et on les place dessus, puis une du dessus que l'on met au talon, et ainsi de suite, un nombre de fois determine.
Page 97
" Ce defi ne provoqua qu'une seule reponse, incluse dans la lettre suivante.
Page 107
Nous autres Americains surtout, nous avons patronne cette heureuse idee, et c'est particulierement a nous, Bostoniens, qu'elle doit son entier developpement.
Page 109
Cette soif fait partie de l'Immortalite de l'homme.
Page 134
Ils jouaient ensemble comme de vrais enfants qu'ils etaient.