Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 5

chose véritablement stupéfiante de voir
une nation, plusieurs nations, toute l'humanité bientôt, dire à ses
sages, à ses sorciers: je vous aimerai et je vous ferai grands, si vous
me persuadez que nous progressons sans le vouloir, inévitablement,--en
dormant; débarrassez-nous de la responsabilité, voilez pour nous
l'humiliation des comparaisons, sophistiquez l'histoire, et vous pourrez
vous appeler les sages des sages?--N'est-ce pas un sujet d'étonnement
que cette idée si simple n'éclate pas dans tous les cerveaux: que le
Progrès (en tant que progrès il y ait) perfectionne la douleur à la
proportion qu'il raffine la volupté, et que, si l'épiderme des peuples
va se délicatisant, ils ne poursuivent évidemment qu'une _Italiam
fugientem_, une conquête à chaque minute perdue, un progrès toujours
négateur de lui-même?

Mais ces illusions, intéressées d'ailleurs, tirent leur origine d'un
fond de perversité et de mensonge,--météores des marécages,--qui
poussent au dédain les âmes amoureuses du feu éternel, comme Edgar Poe,
et exaspèrent les intelligences obscures, comme Jean-Jacques, à qui une
sensibilité blessée et prompte à la révolte tient lieu de philosophie.
Que celui-ci eût raison contre _l'Animal dépravé_, cela est
incontestable; mais l'animal dépravé a le droit de lui reprocher
d'invoquer la simple nature. La nature ne fait que des monstres, et
toute la question est de s'entendre sur le mot _sauvages_. Nul
philosophe n'osera proposer pour modèles ces malheureuses hordes
pourries, victimes des éléments, pâture des bêtes, aussi incapables de
fabriquer des armes que de concevoir l'idée d'un pouvoir spirituel et
suprême. Mais si l'on veut comparer l'homme moderne, l'homme civilisé,
avec l'homme sauvage, ou plutôt une nation dite civilisée avec une
nation dite sauvage, c'est-à-dire privée de toutes les ingénieuses
inventions qui dispensent l'individu d'héroïsme, qui ne voit que tout
l'honneur est pour le sauvage? Par sa nature, par nécessité même, il est
encyclopédique, tandis que l'homme civilisé se trouve confiné dans les
régions infiniment petites de la spécialité. L'homme civilisé invente la
philosophie du progrès pour se consoler de son abdication et de sa
déchéance; cependant que l'homme sauvage, époux redouté et respecté,
guerrier contraint à la bravoure personnelle, poëte aux heures
mélancoliques où le soleil déclinant invite à chanter le passé et les
ancêtres, rase de plus près la lisière de l'idéal. Quelle lacune
oserons-nous lui reprocher? Il a le prêtre, il a le sorcier et le
médecin. Que dis-je? Il a le dandy, suprême incarnation de l'idée du
beau transportée dans la vie matérielle, celui qui dicte la forme et
règle les manières. Ses vêtements, ses parures, ses armes, son calumet
témoignent d'une faculté inventive qui nous a depuis longtemps désertés.
Comparerons-nous nos yeux paresseux et nos oreilles assourdies à ces
yeux qui percent la brume,

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven Illustrated

Page 0
And the silken, sad uncertain Rustling of each purple.
Page 1
curtain Thrilled me--filled me with fantastic Terrors never felt before; So that now, to still the beating Of my heart, I stood repeating, "'Tis some visitor entreating Entrance at my chamber door-- Some late visitor entreating Entrance at my chamber door; This it is and nothing more.
Page 2
"Surely," said I, "surely that is Something at my window lattice; [Illustration: 0019] Let me see, then, what thereat is, And this mystery explore-- Let my heart be still a moment And this mystery explore;-- 'Tis the wind and nothing more.
Page 3
" .
Page 4
" [Illustration: 0024] But the Raven, sitting lonely On that placid bust, spoke only That one word, as if his soul in That one word he did outpour.
Page 5
" But the Raven still beguiling All my sad soul into smiling, Straight I wheeled a cushioned seat in Front of bird and bust and door; Then, upon the velvet sinking, I betook myself to linking Fancy unto fancy, thinking What this ominous bird of yore-- What this grim, ungainly, ghastly, Gaunt, and ominous bird of yore Meant in croaking " Nevermore.
Page 6
"Wretch," I cried, "thy God hath lent thee By these angels he hath sent thee Respite--respite and Nepenthe From thy memories of Lenore! Let me quaff this kind Nepenthe, And forget this lost Lenore!" Quoth the Raven, "Nevermore.
Page 7
" "Prophet!" said I, "thing of evil!-- Prophet still, if bird or devil!-- By that Heaven that bends above us-- By that God we both adore-- Tell this soul with sorrow laden If, within the distant Aidenn, It shall clasp a sainted maiden Whom the angels name Lenore-- [Illustration: 0032] Clasp a rare and radiant maiden Whom the angels name Lenore.
Page 8
And the lamplight o'er him streaming Throws his shadow on the floor, And my soul from out that shadow That lies floating on the floor Shall be lifted--nevermore! [Illustration: 0035].