Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 40

de la nuit, car
notre débauche devait se prolonger religieusement jusqu'au matin. Le vin
coulait librement, et d'autres séductions plus dangereuses peut-être
n'avaient pas été négligées; si bien que, comme l'aube pâlissait le ciel
à l'orient, notre délire et nos extravagances étaient à leur apogée.
Furieusement enflammé par les cartes et par l'ivresse, je m'obstinais à
porter un toast étrangement indécent, quand mon attention fut
soudainement distraite par une porte qu'on entrebâilla vivement et par
la voix précipitée d'un domestique. Il me dit qu'une personne qui avait
l'air fort pressée demandait à me parler dans le vestibule.

Singulièrement excité par le vin, cette interruption inattendue me causa
plus de plaisir que de surprise. Je me précipitai en chancelant, et en
quelques pas je fus dans le vestibule de la maison. Dans cette salle
basse et étroite il n'y avait aucune lampe, et elle ne recevait d'autre
lumière que celle de l'aube, excessivement faible, qui se glissait à
travers la fenêtre cintrée. En mettant le pied sur le seuil, je
distinguai la personne d'un jeune homme, de ma taille à peu près, et
vêtu d'une robe de chambre de casimir blanc, coupée à la nouvelle mode,
comme celle que je portais en ce moment. Cette faible lueur me permit de
voir tout cela; mais les traits de la face, je ne pus les distinguer. À
peine fus-je entré qu'il se précipita vers moi, et, me saisissant par le
bras avec un geste impératif d'impatience, me chuchota à l'oreille ces
mots: William Wilson!

En une seconde je fus dégrisé.

Il y avait dans la manière de l'étranger, dans le tremblement nerveux de
son doigt qu'il tenait levé entre mes yeux et la lumière, quelque chose
qui me remplit d'un complet étonnement; mais ce n'était pas là ce qui
m'avait si violemment ému. C'était l'importance, la solennité
d'admonition contenue dans cette parole singulière, basse, sifflante;
et, par-dessus tout, le caractère, le ton, la _clef_ de ces quelques
syllabes, simples, familières, et toutefois mystérieusement
_chuchotées_, qui vinrent, avec mille souvenirs accumulés des jours
passés, s'abattre sur mon âme, comme une décharge de pile voltaïque.
Avant que j'eusse pu recouvrer mes sens, il avait disparu.

Quoique cet événement eût à coup sûr produit un effet très-vif sur mon
imagination déréglée, cependant cet effet, si vif, alla bientôt
s'évanouissant. Pendant plusieurs semaines, à la vérité, tantôt je me
livrai à l'investigation la plus sérieuse, tantôt je restai enveloppé
d'un nuage de méditation morbide. Je n'essayai pas de me dissimuler
l'identité du singulier individu qui s'immisçait si opiniâtrement dans
mes affaires et me fatiguait de ses conseils officieux. Mais qui était,
mais qu'était ce Wilson?--Et d'où venait-il?--Et quel

Last Page Next Page

Text Comparison with Le Corbeau = The Raven

Page 0
Proofreading Team.
Page 1
Ardemment je souhaitais le jour--vainement j'avais cherché d'emprunter à mes livres un sursis au chagrin--au chagrin de la Lénore perdue--de la rare et rayonnante jeune fille que les anges nomment Lénore:--de nom pour elle ici, non, jamais plus!_ And the silken sad uncertain rustling of each purple curtain Thrilled me--filled me with fantastic terrors never felt before; So that now, to still the beating of my heart, I stood repeating "'Tis some visitor entreating entrance at my chamber door-- Some late visitor entreating entrance at my chamber door;-- This it is and nothing more.
Page 2
plus.
Page 3
" _Alors cet oiseau d'ébène induisant ma triste imagination au sourire, par le grave et sévère décorum de la contenance qu'il eut: «Quoique ta crête soit chue et rase, non! dis-je, tu n'es pas pour sûr un poltron, spectral, lugubre et ancien Corbeau, errant loin du rivage de Nuit--dis-moi quel est ton nom seigneurial au rivage plutonien de Nuit.
Page 4
" _Mais le Corbeau, perché solitairement sur ce buste placide, parla ce seul mot comme si, son âme, en ce seul mot, il la répandait.
Page 5
" _Le Corbeau induisant toute ma triste âme encore au sourire, je roulai soudain un siége à coussins en face de l'oiseau et du buste et de la porte; et m'enfonçant dans le velours, je me pris à enchaîner songerie à songerie, pensant à ce que cet augural oiseau de jadis--à ce que ce sombre, disgracieux, sinistre, maigre et augural oiseau de jadis signifiait en croassant: «Jamais plus.
Page 6
" Quoth the Raven, "Nevermore.
Page 7
" _«Que ce mot soit le signal de notre séparation, oiseau ou malin esprit,» hurlai-je, en me dressant.