Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 36

une question que je n'ai jamais pu
résoudre; mais une fois qu'il l'eut découvert, il pratiqua opiniâtrement
cette torture. Je m'étais toujours senti de l'aversion pour mon
malheureux nom de famille, si inélégant, et pour mon prénom, si trivial,
sinon tout à fait plébéien. Ces syllabes étaient un poison pour mes
oreilles; et quand, le jour même de mon arrivée, un second William
Wilson se présenta dans l'école, je lui en voulus de porter ce nom, et
je me dégoûtai doublement du nom parce qu'un étranger le portait,--un
étranger qui serait cause que je l'entendrais prononcer deux fois plus
souvent,--qui serait constamment en ma présence, et dont les affaires,
dans le train-train ordinaire des choses de collège, seraient souvent et
inévitablement, en raison de cette détestable coïncidence, confondues
avec les miennes.

Le sentiment d'irritation créé par cet incident devint plus vif à chaque
circonstance qui tendait à mettre en lumière toute ressemblance morale
ou physique entre mon rival et moi. Je n'avais pas encore découvert ce
très-remarquable fait de parité dans notre âge; mais je voyais que nous
étions de la même taille, et je m'apercevais que nous avions même une
singulière ressemblance dans notre physionomie générale et dans nos
traits. J'étais également exaspéré par le bruit qui courait sur notre
parenté, et qui avait généralement crédit dans les classes
supérieures.--En un mot, rien ne pouvait plus sérieusement me troubler
(quoique je cachasse avec le plus grand soin tout symptôme de ce
trouble) qu'une allusion quelconque à une similitude entre nous,
relative à l'esprit, à la personne, ou à la naissance; mais vraiment je
n'avais aucune raison de croire que cette similitude (à l'exception du
fait de la parenté, et de tout ce que savait voir Wilson lui-même) eût
jamais été un sujet de commentaires ou même remarquée par nos camarades
de classe. Que _lui_, il l'observât sous toutes ses faces, et avec
autant d'attention que moi-même, cela était clair; mais qu'il eût pu
découvrir dans de pareilles circonstances une mine si riche de
contrariétés, je ne peux l'attribuer, comme je l'ai déjà dit, qu'à sa
pénétration plus qu'ordinaire.

Il me donnait la réplique avec une parfaite imitation de
moi-même,--gestes et paroles,--et il jouait admirablement son rôle. Mon
costume était chose facile à copier; ma démarche et mon allure générale,
il se les était appropriées sans difficulté; en dépit de son défaut
constitutionnel, ma voix elle-même ne lui avait pas échappé.
Naturellement il n'essayait pas les tons élevés, mais la clef était
identique, _et sa voix, pourvu qu'il parlât bas, devenait le parfait
écho de la mienne._

À quel point ce curieux portrait (car je puis ne pas l'appeler
proprement une caricature)

Last Page Next Page

Text Comparison with Derniers Contes

Page 0
Quelques-uns meme osaient, sous pretexte d'une litteralite trop scrupuleuse, refaire certaines parties de l'oeuvre de Baudelaire.
Page 4
_Si je gagne, je retournerai a mes ortolans--que les cartes soient preparees!_" Sa Grace etait tout soin, tout attention--sa Majeste tout abandon.
Page 6
Mais, parait-il, cette astucieuse demoiselle (sans aucun doute elle avait lu Machiavel) avait concu un petit plan fort ingenieux.
Page 17
Tout accoutume que je suis a ce mode de voyage,.
Page 21
Ces gens etaient aveugles par les details.
Page 24
Vous souvenez-vous de la singuliere sensation que l'on eprouvait, quand, par hasard, on saisissait une lueur des objets exterieurs, pendant que les voitures poursuivaient leur vol effrene? Tous les objets semblaient n'en faire qu'un--une seule masse.
Page 38
vous noyer, ou etouffer d'un os de poulet, ou etre pendue ou mordue par un .
Page 40
Ainsi, dit-on, l'immense riviere Alfred passa intacte, a sec, sous la mer.
Page 46
L'un a ecrit une Jeremiade sur l'usure, et s'appela Jeremie Bentham.
Page 67
servi pour attirer l'attention en en frappant la porte de fer.
Page 72
Je me reveillais, toutefois, de ces dernieres attaques peu a peu et avec une lenteur proportionnee a la soudainete de l'acces.
Page 76
Accompagne d'un ami, j'etais alle a une partie de chasse et nous avions suivi pendant quelques milles les rives de James River.
Page 87
[61]" "Que pensez-vous de.
Page 88
.
Page 96
Dans la cryptographie, on emploie les nombres, et ces nombres renvoient a l'endroit qu'occupent les lettres dans le volume.
Page 106
Ces vers ne sont peut-etre familiers qu'a peu de lecteurs; et cependant ce n'est pas moins qu'un poete comme Shelley qui les a ecrits[70].
Page 114
J'ai rempli cette coupe a celle qui est faite De beaute seule, Une femme de son gracieux sexe L'evident parangon-- A elle! Et s'il y avait sur terre Un peu plus de pareils etres, Cette vie ne serait plus que poesie, Et la lassitude un mot! Ce fut le malheur de Mr Pinkney d'etre ne trop loin dans le sud.
Page 116
Oh, reviens, belle Ines, Avant la tombee de la nuit, De peur que la lune ne rayonne seule, Et que les etoiles ne brillent sans rivale; Heureux sera l'amoureux Qui se promenera sous leur rayon, Et exhalera l'amour sur ta joue, Je n'ose pas meme l'ecrire! Que n'etais-je, belle Ines, Ce galant cavalier, Qui chevauchait si gaiment a ton cote, Et te murmurait a l'oreille de si pres! N'y avait-il donc point la-bas de gentilles dames Ou de vrais amoureux ici, Qu'il dut traverser les mers pour obtenir La plus aimee des bien-aimees! Je t'ai vue, charmante Ines, Descendre le long du rivage Avec un cortege de nobles gentilshommes.
Page 120
Jamais plus noble _theme_ n'a tente la plume d'un poete.
Page 129
Un train pesant 90 tonnes fit le trajet de Paddington a Didcot (53 milles) en 51 minutes.