Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 186

où elle vit,
et aima, et épousa le peintre. Lui, passionné, studieux, austère, et
ayant déjà trouvé une épouse dans son Art; elle, une jeune fille d'une
très-rare beauté, et non moins aimable que pleine de gaieté: rien que
lumières et sourires, et la folâtrerie d'un jeune faon; aimant et
chérissant toutes choses; ne haïssant que l'art qui était son rival; ne
redoutant que la palette et les brosses, et les autres instruments
fâcheux qui la privaient de la figure de son adoré. Ce fut une terrible
chose pour cette dame que d'entendre le peintre parler du désir de
peindre même sa jeune épouse. Mais elle était humble et obéissante, et
elle s'assit avec douceur pendant de longues semaines dans la sombre et
haute chambre de la tour, où la lumière filtrait sur la pâle toile
seulement par le plafond. Mais lui, le peintre, mettait sa gloire dans
son oeuvre, qui avançait d'heure en heure et de jour en jour.--Et
c'était un homme passionné, et étrange, et pensif, qui se perdait en
rêveries; si bien qu'il ne _voulait_ pas voir que la lumière qui tombait
si lugubrement dans cette tour isolée desséchait la santé et les esprits
de sa femme, qui languissait visiblement pour tout le monde, excepté
pour lui. Cependant, elle souriait toujours, et toujours sans se
plaindre, parce qu'elle voyait que le peintre (qui avait un grand renom)
prenait un plaisir vif et brûlant dans sa tâche, et travaillait nuit et
jour pour peindre celle qui l'aimait si fort, mais qui devenait de jour
en jour plus languissante et plus faible. Et, en vérité, ceux qui
contemplaient le portrait parlaient à voix basse de sa ressemblance,
comme d'une puissante merveille et comme d'une preuve non moins grande
de la puissance du peintre que de son profond amour pour celle qu'il
peignait si miraculeusement bien.--Mais, à la longue, comme la besogne
approchait de sa fin, personne ne fut plus admis dans la tour; car le
peintre était devenu fou par l'ardeur de son travail, et il détournait
rarement ses yeux de la toile, même pour regarder la figure de sa femme.
Et il ne _voulait_ pas voir que les couleurs qu'il étalait sur la toile
étaient _tirées_ des joues de celle qui était assise près de lui. Et
quand bien des semaines furent passées et qu'il ne restait plus que peu
de chose à faire, rien qu'une touche sur la bouche et un glacis sur
l'oeil, l'esprit de la dame palpita encore comme la flamme dans le bec
d'une lampe. Et alors la touche fut donnée, et alors le glacis fut
placé; et pendant un

Last Page Next Page

Text Comparison with Derniers Contes

Page 3
C'est Belial qui t'a envoye--Belial, mon Inspecteur des Cimetieres.
Page 8
"Quand il fut pres de nous, nous pumes le voir fort distinctement.
Page 23
Voila qui s'appelait voyager.
Page 35
FAITS PIQUANTS POUR COMPARAISONS: "_Il n'y eut originellement que trois Muses--Melete, Mneme, Aoede--la meditation, la memoire et le chant.
Page 43
Qu'est-ce que cela pouvait bien etre? Helas! je ne le decouvris que trop tot.
Page 53
La copie est breve; elle porte en tete ce seul mot "perdu" et indique le n deg.
Page 58
Coupe et Revenez-Demain.
Page 62
Leur erection m'a cause un prejudice ruineux.
Page 64
Je me lavai les mains de l'affaire et lachai tout de degout.
Page 78
Pas du tout.
Page 81
Un plat de polemiques s'etalait pacifiquement sur le dressoir.
Page 89
(_Hoquet_) l'avorton de boite a pilules!" et le philosophe versa une larme.
Page 91
Une fois que par ce moyen on a etabli d'une facon certaine la circonference de.
Page 97
Il forca la serrure.
Page 109
Elle est le desir de la phalene pour l'etoile.
Page 110
Longfellow[72].
Page 126
La scene qui se presente alors a ses yeux offre un caractere inconcevable d'etrangete et de desolation.
Page 132
Longfellow," dit-il dans un curieux essai intitule _Autographie_ ou il rapproche le caractere et le genie des ecrivains de leur ecriture, "a droit a la premiere place parmi les poetes de l'Amerique--du moins a la premiere place parmi ceux qui se sont mis en evidence comme poetes.
Page 133
M.
Page 135
" On a publie en 1851 des _Poemes posthumes_.