Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 181

principe,--et même, autant que nous en
pouvons juger, le principe capital dans les opérations de la
Divinité,--est-il logique de le supposer confiné dans l'ordre de la
petitesse, où il se révèle journellement à nous, et de l'exclure des
régions du grandiose? Comme nous découvrons des cercles dans des cercles
et toujours sans fin,--évoluant tous cependant autour d'un centre unique
infiniment distant, qui est la Divinité,--ne pouvons-nous pas supposer,
analogiquement et de la même manière, la vie dans la vie, la moindre
dans la plus grande, et toutes dans l'Esprit divin? Bref, nous errons
follement par fatuité, en nous figurant que l'homme, dans ses destinées
temporelles ou futures, est d'une plus grande importance dans l'univers
que ce vaste _limon de la vallée_ qu'il cultive et qu'il méprise, et à
laquelle il refuse une âme par la raison peu profonde qu'il ne la voit
pas fonctionner[10].

Ces idées, et d'autres analogues, ont toujours donné à mes méditations
parmi les montagnes et les forêts, près des rivières et de l'océan, une
teinte de ce que les gens vulgaires ne manqueront pas d'appeler
fantastique. Mes promenades vagabondes au milieu de tableaux de ce genre
ont été nombreuses, singulièrement curieuses, souvent solitaires; et
l'intérêt avec lequel j'ai erré à travers plus d'une vallée profonde et
sombre, ou contemplé le _ciel_ de maint lac limpide, a été un intérêt
grandement accru par la pensée que j'errais seul, que je contemplais
_seul_. Quel est le Français bavard qui, faisant allusion à l'ouvrage
bien connu de Zimmerman, a dit: _La solitude est une belle chose, mais
il faut quelqu'un pour vous dire que la solitude est une belle chose?_
Comme épigramme, c'est parfait; mais, _il faut_! Cette nécessité est une
chose qui n'existe pas.

Ce fut dans un de mes voyages solitaires, dans une région fort
lointaine,--montagnes compliquées par des montagnes, méandres de
rivières mélancoliques, lacs sombres et dormants,--que je tombai sur
certain petit ruisseau avec une île. J'y arrivai soudainement dans un
mois de juin, le mois du feuillage, et je me jetai sur le sol, sous les
branches d'un arbuste odorant qui m'était inconnu, de manière à
m'assoupir en contemplant le tableau. Je sentis que je ne pourrais le
bien voir que de cette façon,--tant il portait le caractère d'une
vision.

De tous côtés,--excepté à l'ouest, où le soleil allait bientôt
plonger,--s'élevaient les murailles verdoyantes de la forêt. La petite
rivière qui faisait un brusque coude, et ainsi se dérobait soudainement
à la vue, semblait ne pouvoir pas s'échapper de sa prison; mais on eût
dit qu'elle était absorbée vers l'est par la verdure profonde des
arbres;--et du côté opposé (cela m'apparaissait ainsi, couché comme je
l'étais, et

Last Page Next Page

Text Comparison with The Works of Edgar Allan Poe — Volume 5

Page 11
Extending forward, parallel with the proboscis, and on each side of it, was a gigantic staff, thirty or forty feet in length, formed seemingly of pure crystal and in shape a perfect prism,--it reflected in the most gorgeous manner the rays of the declining sun.
Page 14
He had an especial admiration for breadth in a jest, and would often put up with length, for the sake of it.
Page 45
And here, lest I may be misunderstood, permit me to digress for one moment merely to observe that the exceedingly brief and simple Latin phrase which I have employed, is invariably mistranslated and misconceived.
Page 71
I had a wretched headache, and was desperately drowsy.
Page 80
At length the colloquy was renewed by Doctor Ponnonner.
Page 97
It was by no means my design, however, to expatiate upon the _merits _of what I should.
Page 131
[The above was addressed to the poet's mother-in-law, Mrs.
Page 136
A DREAM WITHIN A DREAM Take this kiss upon the brow! And, in parting from you now, Thus much let me avow-- You are not wrong, who deem That my days have been a dream; Yet if hope has flown away In a night, or in a day, In a vision, or in none, Is it therefore the less _gone_? _All_ that we see or seem Is but a dream within a dream.
Page 152
By a route obscure and lonely, Haunted by ill angels only, .
Page 153
I.
Page 156
"It in another climate, so he said, "Bore a bright golden flower, but not i' this soil!" (pauses--turns over some leaves, and resumes) "No lingering winters there, nor snow, nor shower-- "But Ocean ever to refresh mankind "Breathes the shrill spirit of the western wind.
Page 164
Speak not to me of glory! I hate--I loathe the name; I do abhor The unsatisfactory and ideal thing.
Page 168
(letting fall his sword and recoiling to the extremity of the stage) Of Lalage! Hold off--thy sacred hand!--avaunt, I say! Avaunt--I will not fight thee--indeed I dare not.
Page 175
The diffidence, then, with which I venture to dispute their authority would be overwhelming did I not feel, from the bottom of my heart, that learning has little to do with the imagination-intellect with the passions-or age with poetry.
Page 184
Sumner's Notes on Milton's Christian Doctrine_.
Page 186
" Ours is a world of words: Quiet we call "Silence"--which is the merest word of all.
Page 188
--_Milton.
Page 201
I have not always been as now: The fever'd diadem on my brow I claim'd and won usurpingly-- Hath not the same fierce heirdom given Rome to the Caesar--this to me? The heritage of a kingly mind, And a proud spirit which hath striven Triumphantly with human kind.
Page 222
Therefore, to thee this night I will no requiem raise, But waft thee on thy flight, With a Paean of old days.
Page 228
On the earth mine eyes were cast; Swift and keen there came unto me Ritter memories of the past On me, like the rain in Autumn On the dead leaves, cold and fast.