Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 161

quelques considérations d'un
profond intérêt. De ce qu'ils savaient ils pouvaient inférer qu'un être
d'une intelligence infinie,--un être à qui l'_absolu_ de l'analyse
algébrique serait dévoilé,--n'éprouverait aucune difficulté à suivre
tout mouvement imprimé à l'air,--et transmis par l'air à
l'éther,--jusque dans ses répercussions les plus lointaines, et même
dans une époque infiniment reculée. Il est, en effet, démontrable que
chaque mouvement de cette nature _imprimé à l'air_ doit _à la fin_ agir
sur chaque être individuel compris _dans les limites de l'univers_;--et
l'être doué d'une intelligence infinie,--l'être que nous avons
imaginé,--pourrait suivre les ondulations lointaines du mouvement,--les
suivre, au delà et toujours au delà, dans leurs influences sur toutes
les particules de la matière,--au delà et toujours au delà, dans les
modifications qu'elles imposent aux vieilles formes,--ou, en d'autres
termes, dans _les créations neuves_ qu'elles enfantent--jusqu'à ce qu'il
les vît se brisant enfin, et désormais inefficaces, contre le trône de
la Divinité. Et non-seulement un tel être pourrait faire cela, mais si,
à une époque quelconque, un résultat donné lui était présenté,--si une
de ces innombrables comètes, par exemple, était soumise à son
examen,--il pourrait, sans aucune peine, déterminer par l'analyse
rétrograde à quelle impulsion primitive elle doit son existence. Cette
puissance d'analyse rétrograde, dans sa plénitude et son absolue
perfection--cette faculté de rapporter dans _toutes_ les époques _tous_
les effets à _toutes_ les causes--est évidemment la prérogative de la
Divinité seule;--mais cette puissance est exercée, à tous les degrés de
l'échelle au-dessous de l'absolue perfection, par la population entière
des intelligences angéliques.

OINOS.--Mais tu parles simplement des mouvements imprimés à l'air.

AGATHOS.--En parlant de l'air, ma pensée n'embrassait que le monde
terrestre; mais la proposition généralisée comprend les impulsions
créées dans l'éther,--qui, pénétrant, et seul pénétrant tout l'espace se
trouve être ainsi le grand médium de création.

OINOS.--Donc, tout mouvement, de quelque nature qu'il soit, est
créateur?

AGATHOS.--Cela ne peut pas ne pas être; mais une vraie philosophie nous
a dès longtemps appris que la source de tout mouvement est la
pensée,--et que la source de toute pensée est...

OINOS.--Dieu.

AGATHOS.--Je l'ai parlé, Oinos--comme je devais parler à un enfant de
cette belle Terre qui a péri récemment--des mouvements produits dans
l'atmosphère de la Terre...

OINOS.--Oui, cher Agathos.

AGATHOS.--Et pendant que je te parlais ainsi, n'as-tu pas sentit ton
esprit traversé par quelque pensée relative à la _puissance matérielle
des paroles?_ Chaque parole n'est-elle pas un mouvement créé dans l'air?

OINOS.--Mais pourquoi pleures-tu, Agathos?--et pourquoi, oh! pourquoi
tes ailes faiblissent-elles pendant que nous planons au-dessus de cette
belle étoile,--la plus verdoyante et cependant la plus terrible de
toutes celles que nous avons rencontrées dans notre vol? Ses brillantes
fleurs semblent un rêve féerique,--mais ses volcans farouches rappellent
les passions

Last Page Next Page

Text Comparison with The Fall of the House of Usher

Page 0
I looked upon the scene before me--upon the mere house, and the simple landscape features of the domain--upon the bleak walls--upon the vacant eye-like windows--upon a few rank sedges--and upon a few white trunks of decayed trees--with an utter depression of soul which I can compare to no earthly sensation more properly than to the after-dream of the reveller upon opium--the bitter lapse into everyday life--the hideous dropping off of the veil.
Page 1
I have said that the sole effect of my somewhat childish experiment--that of looking down within the tarn--had been to deepen.
Page 2
In this there was much that reminded me of the specious totality of old wood-work which has rotted for long years in some neglected vault, with no disturbance from the breath of the external air.
Page 3
I felt that I breathed an atmosphere of sorrow.
Page 4
The now ghastly pallor of the skin, and the now miraculous lustre of the eye, above all things startled and even awed me.
Page 5
"Her decease," he said, with a bitterness which I can never forget, "would leave him (him the hopeless and the frail) the last of the ancient race of the Ushers.
Page 6
I shall ever bear about me a memory of the many solemn hours I thus spent alone with the master of the House of Usher.
Page 7
But the fervid facility of his impromptus could not be so accounted for.
Page 8
In the greenest of our valleys, By good angels tenanted, Once a fair and stately palace-- Radiant palace--reared its head.
Page 9
V.
Page 10
This opinion, in its general form, was that of the sentience of all vegetable things.
Page 11
Its evidence--the evidence of the sentience--was to be seen, he said, (and I here started as he spoke,) in the gradual yet certain condensation of an atmosphere of their own about the waters and the walls.
Page 12
Having deposited our mournful burden upon tressels within this region of horror, we partially turned aside the yet unscrewed lid of the coffin, and looked upon the face of the tenant.
Page 13
The pallor of his countenance had assumed, if possible, a more ghastly hue--but the luminousness of his eye had utterly gone out.
Page 14
through the apartment.
Page 15
I continued the story: "But the good champion Ethelred, now entering within the door, was sore enraged and amazed to perceive no signal of the maliceful hermit; but, in the.
Page 16
" Here again I paused abruptly, and now with a feeling of wild amazement--for there could be no doubt whatever that, in this instance, I did actually hear (although from what direction it proceeded I found it impossible to say) a low and apparently distant, but harsh, protracted, and most unusual screaming or grating sound--the exact counterpart of what my fancy had already conjured up for the dragon's unnatural shriek as described by the romancer.
Page 17
" No sooner had these syllables passed my lips, than--as if a shield of brass had indeed, at the moment, fallen heavily upon a floor of silver--I became aware of a distinct, hollow, metallic, and clangorous, yet apparently muffled reverberation.
Page 18
Suddenly there shot along the path a wild light, and I turned to see whence a gleam so unusual could have issued; for the vast house and its shadows were alone behind me.