Nouvelles histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 129

ainsi la date de la fondation de
Vondervotteimittiss et l'étymologie de son nom, on ne peut douter, comme
je l'ai déjà dit, qu'il n'ait toujours existé tel que nous le voyons
présentement. L'homme le plus vieux du bourg ne se rappelle pas la plus
légère différence dans l'aspect d'une partie quelconque de sa patrie, et
en vérité la simple suggestion d'une telle possibilité y serait
considérée comme une insulte. Le village est situé dans une vallée
parfaitement circulaire, dont la circonférence est d'un quart de mille à
peu près, et complètement environnée par de jolies collines dont les
habitants ne se sont jamais avisés de franchir les sommets. Ils donnent
d'ailleurs une excellente raison de leur conduite, c'est qu'ils ne
croient pas qu'il y ait quoi que ce soit de l'autre côté.

Autour de la lisière de la vallée (qui est tout à fait unie et pavée
dans toute son étendue de tuiles plates) s'étend un rang continu de
soixante petites maisons. Elles sont appuyées par derrière sur les
collines, et naturellement elles regardent toutes le centre de la
plaine, qui est juste à soixante yards de la porte de face de chaque
habitation. Chaque maison a devant elle un petit jardin, avec une allée
circulaire, un cadran solaire et vingt-quatre choux. Les constructions
elles-mêmes sont si parfaitement semblables, qu'il est impossible de
distinguer l'une de l'autre. À cause de son extrême antiquité, le style
de l'architecture est quelque peu bizarre; mais, pour cette raison même,
il n'est que plus remarquablement pittoresque. Elles sont faites de
petites briques bien durcies au feu, rouges, avec des coins noirs, de
sorte que les murs ressemblent à un échiquier dans de vastes
proportions. Les pignons sont tournés du côté de la façade, et il y a
des corniches, aussi grosses que le reste de la maison, aux rebords des
toits et aux portes principales. Les fenêtres sont étroites et
profondes, avec de tout petits carreaux et force châssis. Le toit est
recouvert d'une multitude de tuiles à oreillettes roulées. La charpente
est partout d'une couleur sombre, très-ouvragée, mais avec peu de
variété dans les dessins; car, de temps immémorial, les sculpteurs en
bois de Vondervotteimittiss n'ont jamais su tailler plus de deux
objets,--une horloge et un chou. Mais ils les font admirablement bien,
et ils les prodiguent avec une singulière ingéniosité, partout où ils
trouvent une place pour le ciseau.

Les habitations se ressemblent autant à l'intérieur qu'au dehors, et
l'ameublement est façonné d'après un seul modèle. Le sol est pavé de
tuiles carrées, les chaises et les tables sont en bois noir, avec des
pieds tors, grêles, et amincis par le

Last Page Next Page

Text Comparison with The Works of Edgar Allan Poe — Volume 5

Page 4
principles.
Page 12
accurately traced in glaring white, upon the dark ground of the body, as if it had been there carefully designed by an artist.
Page 27
Down this, some quarter of a mile long, he rushed with an activity I could not have dreamed of seeing in one so aged, and which put me to much trouble in pursuit.
Page 63
impetuously down the chimney, shook awfully the curtains of the philosopher's bed, and disorganized the economy of his pate-pans and papers.
Page 69
He continued.
Page 83
" They were rather slight, rather ill-conceived, and clumsily put together.
Page 119
Oh, the bells, bells, bells! What a tale their terror tells Of Despair! How they clang, and clash, and roar! What a horror they outpour On the bosom of the palpitating air! Yet the ear, it fully knows, By the twanging And the clanging, .
Page 120
How the danger ebbs and flows; Yet, the ear distinctly tells, In the jangling And the wrangling, How the danger sinks and swells, By the sinking or the swelling in the anger of the bells-- Of the bells-- Of the bells, bells, bells, bells, Bells, bells, bells-- In the clamour and the clangour of the bells! IV.
Page 133
1849.
Page 134
1845.
Page 143
Willis, appended, and was ascribed to him.
Page 153
1844.
Page 158
(exit.
Page 163
Now be this Fancy, by Heaven, or be it Fate, Still will I not descend.
Page 190
From the wild energy of wanton haste Her cheeks were flushing, and her lips apart; And zone that clung around her gentle waist Had burst beneath the heaving of her heart.
Page 193
** I met with this idea in an old English tale, which I am now unable to obtain and quote from memory:--"The verie essence and, as it were, springe-heade, and origine of all musiche is the verie pleasaunte sounde which the trees of the forest do make when they growe.
Page 202
drew life: The mists of the Taglay have shed Nightly their dews upon my head, And, I believe, the winged strife And tumult of the headlong air Have nestled in my very hair.
Page 222
From more than fiends on earth, Thy life and love are riven, To join the untainted mirth Of more than thrones in heaven-- XII.
Page 226
Thy lowly cottage door Under the lilac's tremulous leaves-- Within thy snowy claspeed hand The purple flowers it bore.
Page 231
M.