Histoires extraordinaires

By Edgar Allan Poe

Page 0

...Edgar Allan Poe

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES

Traduction par Charles Baudelaire Première publication en France en 1856




Table des matières


EDGAR...

Page 1

...mais le Diable entrera par la serrure;
une perfection sera le défaut de leur cuirasse, et...

Page 2

...au-dessus du
vulgaire. _Quelle odeur de magasin!_ comme disait Joseph de Maistre.

Quelques-uns ont osé davantage, et,...

Page 3

...de place pour les
choses qui ne sont pas de la terre. Poe, qui était de...

Page 4

...dénûment le plus complet trois enfants en bas âge, dont
Edgar.

Edgar Poe était né à Baltimore,...

Page 5

...chez lui?--on
l'ignore; il y a là une lacune que lui seul aurait pu combler. La...

Page 6

...aide. Poe se trouva donc tout
jeune,--à vingt-deux ans,--directeur d'une revue dont la destinée
reposait tout entière...

Page 7

...de l'opinion,
contre lesquels il eut toujours à se défendre,--une des luttes les plus
stérilement fatigantes que...

Page 8

...lendemain matin, dans les pâles ténèbres du petit jour,
un cadavre fut trouvé sur la voie,--est-ce...

Page 9

...souvent et si complaisamment,
deux assez importants ont été oubliés, qui sont le droit de se
contredire...

Page 10

...excuse
qu'elle donnait quand son fils se trouvait frappé momentanément d'une de
ces stérilités que connaissent les...

Page 11

...ses ouvrages, marquée d'un
indéfinissable cachet de mélancolie. Du reste, il avait montré une rare
aptitude pour...

Page 12

...vous
le dépeignez, et comme homme vous pouvez avoir raison. Mais je pose en
fait qu'avec les...

Page 13

...vous est peloté et proprement
discuté.--Venez ici, Virginia, et aidez-moi!» Et il les déroulèrent tous
un à...

Page 14

...je crois, se faire une idée approximative en appelant à
son secours toutes les notions vagues,...

Page 15

...Plusieurs
versions sont plausibles, et aucune n'exclut les autres. Avant tout, je
suis obligé de remarquer que...

Page 16

...nom du poëte était dans
toutes les bouches, il traversait Broadway en trébuchant outrageusement.
Remarquez que les...

Page 17

...Beau, par sa connaissance des conditions
harmoniques de la beauté, par sa poésie profonde et plaintive,...

Page 18

...même ordre.

Au sein de cette littérature où l'air est raréfié, l'esprit peut
éprouver cette vague angoisse,...

Page 19

...et l'émotion à la plus
importante vérité philosophique.

CHARLES BAUDELAIRE.

*...

Page 20

...une puissance de perspicacité qui,
dans l'opinion vulgaire, prend un caractère surnaturel. Les résultats,
habilement déduits par...

Page 21

...a connu des hommes d'une haute intelligence qui semblaient y
prendre un plaisir incompréhensible et dédaigner...

Page 22

...lequel elles sont rangées; l'embarras,
l'hésitation, la vivacité, la trépidation,--tout est pour lui symptôme,
diagnostic, tout rend...

Page 23

...fraîcheur de son imagination. Cherchant dans Paris certains
objets qui faisaient mon unique étude, je vis...

Page 24

...ouverte à l'endroit de leur coeur, et d'habitude il
accompagnait une pareille assertion de preuves immédiates...

Page 25

...jouer
Xerxès et tous les rôles de ce genre.

--Le fruitier! vous m'étonnez! je ne connais de...

Page 26

...l'essai du pavé de bois, un système de blocs unis
et solidement assemblés. Ici votre physionomie...

Page 27

...fut forcée avec une pince, et huit ou dix voisins
entrèrent, accompagnés de deux gendarmes.

«Cependant, les...

Page 28

...si parfaitement coupée, que, quand on
essaya de le relever, la tête se détacha du tronc....

Page 29

...de
face s'ouvraient rarement. Ceux de derrière étaient toujours fermés,
excepté aux fenêtres de la grande arrière-pièce...

Page 30

...passait devant la maison au moment des cris. Ils
ont duré quelques minutes, dix minutes peut-être....

Page 31

...arrivèrent. Tout était
parfaitement silencieux; ni gémissements, ni bruits d'aucune espèce.
Après avoir forcé la porte, ils...

Page 32

...passer ces brosses du haut au bas dans tous les
tuyaux de la maison. Il n'y...

Page 33

...l'objet d'un second
examen, que les témoins avaient été interrogés de nouveau, mais tout
cela sans résultat....

Page 34

...en plein
sur elle.

«Dans le dernier cas, il tombe sur l'oeil un plus grand nombre de
rayons;...

Page 35

...et que _je les
ménageais_ (car ce mot n'a pas d'équivalent en anglais). Il entrait
maintenant dans...

Page 36

...c'est sur cette hypothèse que je fonde l'espérance de déchiffrer
l'énigme entière. J'attends l'homme ici,--dans cette...

Page 37

...la langue lui
serait familière, mais justement au contraire. Le Français présume que
c'était une voix d'Espagnol,...

Page 38

...du
meurtre étaient des êtres matériels, et ils ont fui matériellement.

«Or, comment? Heureusement, il n'y a...

Page 39

...fenêtres.

«Mon examen fut un peu plus minutieux, et cela par la raison que je vous
ai...

Page 40

...fait,
quelque concluant qu'il fût en apparence, devenait absolument nul, en
face de cette considération dominante, à...

Page 41

...largeur même, ou du moins elle n'y a
pas attaché l'importance nécessaire. En somme, les agents,...

Page 42

...dit-on, ont été mis au
pillage, et cependant on y a trouvé plusieurs articles de toilette
intacts....

Page 43

...d'absolument inconciliable avec
tout ce que nous connaissons en général des actions humaines, même en
supposant que...

Page 44

...incohérent qu'il soit dans les paroles, est toujours
syllabifié. En outre, le cheveu d'un fou ne...

Page 45

...Ces mots, dans les
circonstances présentes, ont été caractérisés par l'un des témoins
(Montani, le confiseur) comme...

Page 46

...personne avec mon annonce. Si je suis dans
l'erreur, il supposera simplement que j'ai été fourvoyé...

Page 47

...mon ami, dit Dupin; je suppose que vous venez pour votre
orang-outang. Sur ma parole, je...

Page 48

...n'avez rien à cacher; vous n'avez aucune
raison de cacher quoi que ce soit. D'un autre...

Page 49

...grimaces à l'homme qui le poursuivait, jusqu'à ce qu'il se
vît près d'être atteint, puis il...

Page 50

...sa figure, en imitant les
gestes d'un barbier. La fille était par terre, immobile; elle s'était
évanouie....

Page 51

...de ses fonctions.

--Laissez-le parler, dit Dupin, qui n'avait pas jugé à propos de
répliquer. Laissez-le jaser,...

Page 52

...milieu d'une immense légion de
bizarreries.

--C'est, ma foi, vrai! dit Dupin en présentant une pipe à...

Page 53

...vraiment? Allons! Ce document, révélé à un troisième personnage,
dont je tairai le nom, mettrait en...

Page 54

...choisir ou même d'imaginer un agent plus sagace.

--Vous me flattez, répliqua le préfet; mais il...

Page 55

...Je l'ai fait arrêter deux fois par de faux
voleurs, et sa personne a été scrupuleusement...

Page 56

...fait mieux, nous avons examiné les
bâtons de toutes les chaises de l'hôtel, et même les...

Page 57

...n'ai pas de meilleur conseil à vous donner, dit Dupin. Vous avez,
sans doute, un signalement...

Page 58

...et à payer pour cela. Je donnerais _vraiment_ cinquante
mille francs à quiconque me tirerait d'affaire.

--Dans...

Page 59

...impair faisait l'admiration universelle. Ce jeu est simple, on y joue
avec des billes. L'un des...

Page 60

...cette identification, en second lieu, par une
appréciation inexacte, ou plutôt par la non-appréciation de
l'intelligence avec...

Page 61

...été complètement mystifié; et la cause première,
originelle, de sa défaite, gît dans la supposition que...

Page 62

...mathématiques ne sont pas des axiomes d'une vérité générale. Ce
qui est vrai d'un rapport de...

Page 63

...qu'il avait
prévu les perquisitions secrètes dans son hôtel. Ces fréquentes absences
nocturnes que notre bon préfet...

Page 64

...en général à embarrasser ses
adversaires en leur donnant à deviner des noms écrits en caractères
imperceptibles;...

Page 65

...et une lettre unique. Cette
dernière était fortement salie et chiffonnée. Elle était presque
déchirée en deux...

Page 66

...bonjour au ministre, et je pris soudainement congé de
lui, en oubliant une tabatière en or...

Page 67

...de pitié pour celui qui va descendre. D..., c'est le vrai
_monstrum horrendum_,--un homme de génie...

Page 68

...odoriférant, si estimé par les horticulteurs
anglais. L'arbuste y monte souvent à une hauteur de quinze...

Page 69

...fait cordial. Jupiter, tout en riant d'une oreille à l'autre, se
donnait du mouvement et préparait...

Page 70

...ce temps, j'avais gardé ma place auprès du
feu, car j'avais toujours très-froid. Quand son dessin...

Page 71

...de la tournure que l'affaire
avait prise; sa mauvaise humeur m'intriguait,--et, quant au croquis de
l'insecte, il...

Page 72

...sujet
du pauvre massa Will.

--Jupiter, je voudrais bien comprendre quelque chose à tout ce que tu...

Page 73

...malade?

--Je ne pense rien du tout,--je le sais[13]. Pourquoi donc rêve-t-il
toujours d'or, si ce n'est...

Page 74

...je les ai payées bien cher; cela nous coûte un argent de tous
les diables.

--Mais au...

Page 75

...Jupiter de son opinion; mais que Legrand s'entendît avec lui sur
ce sujet, voilà ce qu'il...

Page 76

...de ces instruments dans la main de son maître que
par excès de zèle et de...

Page 77

...développement de son branchage et par la
majesté générale de son aspect. Quand nous eûmes atteint...

Page 78

...du sol.

--De quel côté faut-il que j'aille maintenant, massa Will? demanda-t-il.

--Suis toujours la plus grosse...

Page 79

...bien lourd, le scarabée. Si je le
lâchais d'abord, la branche porterait bien, sans casser, le...

Page 80

...nous étions placés. Le scarabée en descendant émergeait
des branches, et, si Jupiter l'avait laissé tomber,...

Page 81

...lanternes, et nous attaquâmes notre besogne avec un
ensemble et un zèle dignes d'une cause plus...

Page 82

...l'opiniâtreté du désespoir,
comme s'il eût craint que son maître ne voulût le lui arracher.

--Je m'en...

Page 83

...le résultat d'un caprice ou d'une gaieté folle;
mais, cette fois, elle prenait un ton plus...

Page 84

...ses genoux
dans la fosse, et plongeant ses bras nus dans l'or jusqu'au coude, il
les y...

Page 85

...nous trouvâmes en possession d'une fortune qui
dépassait tout ce que nous avions supposé. Il y...

Page 86

...du scarabée. Vous vous souvenez aussi que je
fus passablement choqué de votre insistance à me...

Page 87

...l'avoir tourné et retourné en
cherchant l'endroit le plus propre. Si le crâne avait été visible,...

Page 88

...trouvai pas de papier à l'endroit où on le
met ordinairement. Je regardai dans le tiroir,...

Page 89

...je m'appliquai à me rappeler et je
me rappelai en effet, et avec une parfaite exactitude,...

Page 90

...un troisième anneau à votre
chaîne; vous ne trouverez aucun rapport spécial entre vos pirates et...

Page 91

...perte de la note qui indiquait l'endroit précis, avait dû le
priver des moyens de le...

Page 92

...fois plus compliqués.
Les circonstances et une certaine inclination d'esprit m'ont amené à
prendre intérêt à ces...

Page 93

...h n r s t u y c
f g l m w b k p...

Page 94

...et nous nous en
servons comme de terminaison à ce qui précède immédiatement. Cela nous
donne l'arrangement...

Page 95

...côté est lâchez de l'oeil gauche de la
tête de mort une ligne d'abeille de l'arbre...

Page 96

...plus âgées me dit qu'elle avait entendu parler
d'un endroit comme _Bessop's castle_ (château de Bessop),...

Page 97

...mon
attention fût arrêtée par une espèce de trou circulaire ou de lucarne
dans le feuillage d'un...

Page 98

...le laisser filer par
l'oeil gauche.

--Précisément. Cette méprise faisait une différence de deux pouces et
demi environ...

Page 99

... magnifiques capitales, soigneusement émaillé de points
d'admiration, fut...

Page 100

...de science) était fondé sur
le principe d'un plan incliné, lancé d'une hauteur par une force
intrinsèque...

Page 101

...était suspendue une
corbeille ou nacelle d'osier.

La vis consiste en un axe formé d'un tube de...

Page 102

...qu'il résolut de construire immédiatement, s'il était
possible, un ballon d'une capacité suffisante pour vérifier le...

Page 103

...le lest, réparti en différents sacs,
dont le poids était marqué sur chacun,--par les cordages, les
baromètres,...

Page 104

...de corde qu'il est nécessaire.
Si, au contraire, quelques circonstances amènent une légèreté excessive
et une ascension...

Page 105

...doute, d'un
intérêt saisissant.


Le journal

_Samedi, 6 avril_.--Tous les préparatifs qui pouvaient nous embarrasser
ont été finis cette...

Page 106

...plongeon de la seconde, nous restâmes à une élévation
fixe. Nous étions tous très-inquiets de vérifier...

Page 107

...soit pour descendre, nous jetâmes
tout d'abord cinquante livres de lest, et nous ramenâmes, au moyen...

Page 108

...à
l'autre. Avec une pareille brise, le vaste Atlantique n'est plus qu'un
lac.

Je suis plus frappé, au...

Page 109

...moitié chemin de l'Atlantique. Nous avons passé au-dessus de
vingt ou trente navires de toute sorte,...

Page 110

...les deux marins et par M. Osborne. Ce
gentleman ayant des connaissances au fort Moultrie, on...

Page 111

...dans l'assemblée une légère mais
remarquable agitation, suivie du brouhaha de dix mille langues; une
minute après,...

Page 112

...rang de
petits instruments qui ressemblaient à des clochettes de brebis et
tintinnabulaient incessamment sur l'air de...

Page 113

...posé sur le côté de sa tête;
et, pour compléter cet accoutrement, un foulard écarlate entourait...

Page 114

...vice-président du Collège astronomique de
Rotterdam. Elle fut donc ouverte sur-le-champ par ces dignitaires, et
ils y...

Page 115

...continuellement la garde devant ma porte, et me
menaçant toujours de la loi. Je me promis...

Page 116

...ont la parfaite apparence--toute la force, toute
la réalité, et toutes les autres propriétés inhérentes à...

Page 117

...de diamètre et de quatre pieds
de long, façonnés _ad hoc_; une bonne quantité _d'une certaine...

Page 118

...je transportai à mon dépôt général
et j'y cachai un des appareils perfectionnés de Grimm pour...

Page 119

...pas--disaient-ils--ce qu'il pouvait résulter de bon à
leur faire ainsi se mouiller la peau uniquement pour...

Page 120

...un grondement épouvantables,
une si épaisse trombe de feu et de gravier, de bois et de...

Page 121

...j'examinai soigneusement ma tête, je la secouai à plusieurs
reprises, et la tâtai avec une attention...

Page 122

...j'étais toujours placé dans un plan presque parallèle au niveau de
l'horizon; car la nouvelle position...

Page 123

...milles trois quarts. Juste au-dessous de moi
apparaissait dans l'Océan un petit objet noir, d'une forme...

Page 124

...la lune, c'est-à-dire 1 080, en tout 5 080, et qu'il ne
me resterait ainsi à...

Page 125

...et une grande latitude aux conjectures.

Mais, en fait, en supposant une ascension opérée à une...

Page 126

...de l'équateur du soleil. Elle me semblait
évidemment provenir d'une atmosphère rare qui s'étendrait depuis le
soleil...

Page 127

...ou tel degré de
raréfaction, c'est-à-dire relativement à ma force ascensionnelle; car
non seulement le gaz du...

Page 128

...à l'absence de
pression atmosphérique, ces sensations douloureuses devaient diminuer
graduellement; et, pour les supporter tant qu'elles...

Page 129

...heures moins vingt, le ballon entra dans la région d'un grand et
épais nuage qui me...

Page 130

...de
cinq livres chaque. La vitesse dès lors accélérée de mon ascension
m'emporta, trop rapidement et sans...

Page 131

...temps, je jetai les yeux sur ma chatte qui s'était
commodément réinstallée sur mon habit, et,...

Page 132

...serait étendue de l'angle droit à l'horizon,
et l'hypoténuse de l'horizon au point occupé par mon...

Page 133

...Vos Excellences voudront bien se rappeler que
mon but, en premier lieu, était de m'enfermer entièrement,...

Page 134

...de
caoutchouc et je l'étayai sur trois perches légères préparées pour cet
objet. Cela avait pour but...

Page 135

...quoi remplacer l'atmosphère expulsée. Par amour des expériences,
j'avais placé la chatte et ses petits dans...

Page 136

...demie, je recommençai l'expérience des plumes, j'en
jetai une poignée à travers la soupape. Elles ne...

Page 137

...de mon voyage
suffisaient largement pour absorber toute mon attention.

À cinq heures de l'après-midi, comme j'étais...

Page 138

...manqua pas, de
me causer un immense plaisir. Il était évident qu'au matin je
contemplerais le corps...

Page 139

...intervalles réguliers. Enfin, j'imaginai l'expédient suivant qui,
quelque simple qu'il paraisse, fut salué par moi, au...

Page 140

...plein de confiance dans l'efficacité
de mon invention. Et je ne fus pas désappointé dans mes...

Page 141

...n'étaient plus visibles, soit qu'elles eussent passé derrière
l'horizon vers le sud-est, soit que mon élévation...

Page 142

...vraisemblablement lieu de supposer que
le ballon devait maintenant--7 avril, quatre heures du matin--avoir
atteint une hauteur...

Page 143

...masses flottantes de vapeur, et
l'inconvénient devenait de plus en plus sensible à mesure que je
montais....

Page 144

...angle aigu, et a suivi cette route tout le jour, en se tenant à
peu près,...

Page 145

...extrême, car
maintenant je ne doutais guère que je n'atteignisse bientôt le but de
mon périlleux voyage.

En...

Page 146

...ma
planète natale. Cette dernière était donc au-dessus de ma tête et
complètement cachée par le ballon,...

Page 147

...d'en faire.--La plupart de ces montagnes étaient évidemment
en état d'éruption, et me donnaient une idée...

Page 148

...et sauf. Après tout, si
j'avais fait une conjecture absurde, je n'avais rien de mieux à
attendre,...

Page 149

...avec une horrible rapidité, et je n'étais pas à plus
d'un demi-mille de la surface. Comme...

Page 150

...d'humidité qui s'opère par
distillation, comme dans le vide, du point situé au-dessous du soleil
jusqu'à celui...

Page 151

...fut décidément l'opinion de
l'illustre Von Underduk, qui prit le bras de son collègue et fit,...

Page 152

...années m'ont rendu étranger à l'un et à
l'autre. Mon patrimoine me fit bénéficier d'une éducation...

Page 153

...Je le surveillai
attentivement jusqu'au coucher du soleil; alors, il se répandit tout
d'un coup de l'est...

Page 154

...pieds, et, regardant vertigineusement autour de moi, je
fus d'abord frappé de l'idée que nous étions...

Page 155

...avec des accès
de furie. Vers midi, ou à peu près, autant que nous en pûmes...

Page 156

...vélocité dans un enfer
liquide où l'air devenait stagnant, et où aucun son ne pouvait troubler
les...

Page 157

...tout d'abord de mon esprit à l'aspect des
nouveaux navigateurs. Je ne me souciais pas de...

Page 158

...la cabine du capitaine lui-même, et c'est
là que je me suis procuré les moyens d'écrire...

Page 159

...positif, disait-il toujours quand on exprimait quelque doute
sur sa véracité, comme il est positif qu'il...

Page 160

...j'éprouvai à son aspect se mêlait d'un sentiment de
respect et de terreur irrésistible. Il est...

Page 161

...je l'avais pensé, le navire est évidemment dans un courant,--si
l'on peut proprement appeler ainsi une...

Page 162

...suffi du quart d'une journée pour blanchir ces cheveux
noirs comme du jais, affaiblir mes membres...

Page 163

...éternellement. Juste en face du
promontoire sur le sommet duquel nous étions placés, à une distance...

Page 164

...chutes d'eau précipitées.

Au bout de quelques minutes, le tableau subit un autre changement
radical. La surface...

Page 165

...Lofoden et
Moskoe avec une tumultueuse rapidité; mais le rugissement de son
terrible reflux est à peine...

Page 166

...pouvais m'empêcher de sourire de la
simplicité avec laquelle le bon Jonas Ramus raconte, comme choses
difficiles...

Page 167

...les hommes de la côte de Lofoden, nous
trois seuls, nous faisions notre métier ordinaire d'aller...

Page 168

...minute en avance ou en retard sur l'accalmie.
Quelquefois, le vent n'était pas aussi vif que...

Page 169

...de tous les courants.
Mais cet état de choses ne dura pas assez longtemps pour nous...

Page 170

...mot:
_Le Moskoe-Strom_!

«Personne ne saura jamais ce que furent en ce moment mes pensées. Je
frissonnai de...

Page 171

...et le tourbillon du Strom était dans sa pleine furie!_

«Quand un navire est bien construit,...

Page 172

...deuil de toute espérance, je fus délivré
d'une grande partie de cette terreur qui m'avait d'abord...

Page 173

...ce puits mouvant, il lâcha le
baril et tâcha de saisir l'anneau, que, dans l'agonie de...

Page 174

...sans obstacle à cause de la
situation de notre semaque qui était suspendu sur la surface...

Page 175

...qui fera le terrible plongeon et qui disparaîtra;--et je
fus fort désappointé de voir qu'un bâtiment...

Page 176

...et me rendait anxieux de les vérifier: c'était qu'à
chaque révolution nous passions devant un baril...

Page 177

...en vue de la côte de Lofoden, et au-dessus de l'endroit où était
_naguère_ le tourbillon...

Page 178

...pusse éclairer
ces points, je fus amené à jeter les yeux sur mon ami, M. Ernest
Valdemar,...

Page 179

...fus effrayé de la terrible
altération que ce court intervalle avait produite en lui. Sa face...

Page 180

...lié, M.
Théodore L..., me tira définitivement d'embarras. Primitivement j'avais
résolu d'attendre les médecins; mais je fus...

Page 181

...avoir placés dans une position en
apparence commode. Les jambes étaient tout à fait allongées, les...

Page 182

...précéda un peu le lever du soleil, et éprouva un
étonnement sans bornes en trouvant le...

Page 183

...âpre,
déchiré, caverneux; mais le hideux total n'est pas définissable, par la
raison que de pareils sons...

Page 184

...et de M.
L...

Dans l'après-midi, nous revînmes tous voir le patient. Son état était
absolument le même....

Page 185

...chacun dans la chambre s'attendait au
réveil du somnambule.

Quant à ce qui arriva en réalité, aucun...

Page 186

...vives dans la région du coeur et
respirait avec une grande difficulté, ayant tous les symptômes
ordinaires...

Page 187

...le droit
d'attribuer simplement cet effet à l'influence magnétique. Je ne saurais
expliquer ma pensée que par...

Page 188

...les qualités ne soient des êtres.

_P._ Dieu est-il donc matériel?

_V._ Non. _(Cette réponse m'abasourdit.)_

_P._ Alors,...

Page 189

...nous remémorer notre
notion primitive de l'atome, c'est-à-dire de quelque chose possédant
dans une infinie exiguïté la...

Page 190

...est d'ailleurs à peu près égal à celui qui
peut résulter du frottement de l'éther dans...

Page 191

...du papillon. Ce que nous appelons mort
n'est que la métamorphose douloureuse; notre incarnation actuelle est
progressive,...

Page 192

...quelque
affinité avec le cerveau, comme je vous l'ai dit,--sans autre
intervention que celle d'un éther infiniment...

Page 193

...comparaison. Une
suffisante analyse démontrera que le plaisir, dans tous les cas, n'est
que le contraste de...

Page 194

...famille aucun renseignement positif. D'où
venait-il? Je ne le sus jamais bien. Même relativement à son...

Page 195

...et ce succès
avait très-naturellement inspiré à ce dernier une certaine confiance
dans les opinions qui servaient...

Page 196

...et plus animé que de coutume.
Le récit qu'il fit de son expédition et des événements...

Page 197

...l'Archange. Mais une nouvelle et bien plus
extraordinaire cause d'intérêt et de perplexité se manifesta.
J'entendais s'approcher...

Page 198

...Une Nuits_, mais d'un caractère encore plus
singulier qu'aucune de celles qui y sont décrites. De...

Page 199

...trompe pas en disant que _nous sommes près de
nous réveiller quand nous rêvons que nous...

Page 200

...été emportés loin du kiosque, et nous étions
perdus et embarrassés dans des rues étroites, étouffées...

Page 201

...je ne puis contraindre mon intelligence,
même pour une minute, à considérer tout cela comme un...

Page 202

...que vous _pensiez_
ces choses au milieu de la montagne, j'étais occupé ici, à la maison,...

Page 203

...fut pour mon esprit un amer tourment que la conviction
croissante que je ne pourrais jamais...

Page 204

...comprendraient que
peu de chose en tout cas. L'étrange panthéisme de Fichte, la
Palingénésie modifiée des Pythagoriciens,...

Page 205

...s'allonger et s'allonger sans
cesse, à mesure que sa noble vie déclinait, comme les ombres dans
l'agonie...

Page 206

...sur moi, pendant que je
surveillais le développement de son être intellectuel. Pouvait-il en
être autrement, quand...

Page 207

...extérieur, excepté celles qui avaient pu lui être
fournies dans les étroites limites de sa retraite.

À...

Page 208

...rappeler, sur mon âme, comment, quand, ni même où je
fis pour la première fois connaissance...

Page 209

...jamais égalée.
C'était l'éclat d'un rêve d'opium, une vision aérienne et ravissante,
plus étrangement céleste que les...

Page 210

...singulièrement frappante. Dans ces
moments-là, sa beauté était--du moins, elle apparaissait telle à ma
pensée enflammée--la beauté...

Page 211

...de sixième grandeur, double et changeante,
qu'on trouvera près de la grande étoile de la Lyre,...

Page 212

...gigantesques,
étourdissantes; cependant, j'avais une conscience suffisante de son
infinie supériorité pour me résigner, avec la confiance...

Page 213

...deviner
que, dans une poitrine telle que la sienne, l'amour ne devait pas régner
comme une passion...

Page 214

...Péché_
_Et d'Horreur font l'âme de l'intrigue!_

_Mais voyez,...

Page 215

...de la belle Angleterre. La sombre et triste
grandeur du bâtiment, l'aspect presque sauvage du domaine,...

Page 216

...de cette
voûte mélancolique, au centre même, était suspendue, par une seule
chaîne d'or faite de longs...

Page 217

...Je faisais des orgies de souvenirs, je me délectais
dans sa pureté, dans sa sagesse, dans...

Page 218

...Le vent courait activement derrière
les tapisseries, et je m'appliquai à lui démontrer--ce que, je le
confesse,...

Page 219

...les coins de la chambre, sur les
figures mobiles de la tenture et sur les lueurs...

Page 220

...d'un laps de temps très court, il y eut une rechute
évidente; la couleur disparut de...

Page 221

...quelle étrange altération dans la physionomie
du corps? Je me hâte d'en finir.

La plus grande partie...

Page 222

...amour perdu,--de lady,--de LADY LIGEIA!




METZENGERSTEIN

_Pestis eram vivus,--moriens tua mors ero._
MARTIN LUTHER.


L'horreur et la fatalité...

Page 223

...et une passion si vive pour les
chevaux et la chasse, que rien, ni ses infirmités...

Page 224

...fermes par leur forte expression; et ici, à leur tour,
voluptueuses et blanches comme des cygnes,...

Page 225

...de difficulté et au
péril de leur vie, comprimaient les bonds convulsifs d'un cheval
gigantesque couleur de...

Page 226

...d'adopter comme
sien s'élançait et bondissait avec une furie redoublée à travers la
longue avenue qui s'étendait...

Page 227

...cité le médecin de la famille), parlèrent sans hésiter d'une
mélancolie morbide et d'un mal héréditaire;...

Page 228

...l'effronterie d'affirmer,--si
toutefois ses idées valent la peine d'être mentionnées,--que son maître
ne s'était jamais mis en...

Page 229

...d'un gigantesque _cheval_.




EDGAR ALLAN POE, SA VIE ET SES OUVRAGES[49]


I

Il existe des destinées fatales; il...

Page 230

...d'elles-mêmes? Le cauchemar des
_Ténèbres_ enveloppera-t-il toujours ces âmes d'élite? En vain elles se
défendent, elles prennent...

Page 231

...qui aurait pris
feu à la flamme d'une chandelle, de ses habitudes errantes; il vous dira
que...

Page 232

...fois qu'il vint
visiter ce pays, il pria sa veuve d'agréer les témoignages de sa
reconnaissance pour...

Page 233

...singulier récit de sa vie à cette école
de Stoke-Newington. Tous les contes d'Edgar Poe sont...

Page 234

...et si cléricalement ondoyante,
avec sa perruque si minutieusement poudrée, si rigide et si vaste,
pouvait-il être...

Page 235

...plusieurs heures durant notre principal, le
révérend docteur Brandsby. C'était une solide construction, avec une
porte massive...

Page 236

...de ce singulier homme ne se
révèle-t-il pas déjà un peu? Pour moi, je sens s'exhaler...

Page 237

...se trouva fort heureux d'accepter
l'intervention et le secours du consul américain Henry Middleton, pour
retourner chez...

Page 238

...jeune homme qu'il tomba dans une misère
affreuse. Il descendit même si bas, qu'il put entendre...

Page 239

...On dit qu'alors l'intempérance prenait déjà une certaine part
dans sa vie, mais le fait est...

Page 240

...la vie
littéraire aux États-Unis. Aucune loi ne s'oppose à ce qu'un écrivain,
un philosophe, un poëte,...

Page 241

...sens du beau et non à un autre. _C'est lui
faire injure que de la soumettre...

Page 242

...prit une petite quantité d'alcool pour se remonter.
C'était la première fois que cet alcool maudit...

Page 243

...malade, manquant des
premières nécessités de la vie. Chaque hiver, pendant des années, le
spectacle le plus...

Page 244

...son affection plane sur toute les affections humaines! Puissent
nos larmes traverser l'Océan, les larmes de...

Page 245

...quelquefois chétives, ils sont taillés en
athlètes, ils sont bons pour le plaisir comme pour la...

Page 246

...une énorme puissance
animale et intellectuelle, et un manque à l'endroit de la vénérabilité
et des qualités...

Page 247

...cerveau, il ne s'en inquiétait guère. Il
s'asseyait dans une taverne, à côté d'un sordide polisson,...

Page 248

...travail et à des recherches difficiles ne
furent altérés par sa terrible habitude. La confection de...

Page 249

...singulier homme,
malgré sa vie déréglée et diabolique, a beaucoup produit. Poe se
présente sous trois aspects:...

Page 250

...oeuvre grossissait. Tout le monde connaît
cette longue kyrielle banale: immoralité, manque de tendresse, absence
de conclusions,...

Page 251

...ont été réunis en deux
faisceaux, l'un _Tales of the grotesque and arabesque_, l'autre, _Edgar
A. Poe's...

Page 252

...assassinat a été commis. Comment? par qui? Il y a dans
cette affaire des faits inexplicables...

Page 253

...Comme ce terrible
poëme du crime commence d'une manière douce et innocente! «Ma femme et
moi nous...

Page 254

...cou,
et je le pendis à une branche d'arbre.--Je le pendis en versant
d'abondantes larmes et le...

Page 255

...un chat effrayant, moitié poil,
moitié plâtre, s'élance avec son oeil unique, sanglant et fou.

Ce ne...

Page 256

...a jamais adressé un seul mot d'amour; mais il éprouve pour elle une
grande amitié et...

Page 257

...d'un cadavre encore chaud et palpitant qu'on aurait trouvé au
bord de sa fosse tout sanglant...

Page 258

...sans trouver une histoire
d'amour. Sans vouloir préconiser d'une manière absolue ce système
ascétique d'une âme ambitieuse,...

Page 259

...qui
paraissait nous regarder avec curiosité, était à l'avant, à tribord,
près du beaupré. Ce dernier était...

Page 260

...désespoir
nous faisaient extravaguer, l'angoisse et le découragement nous avaient
rendus totalement fous._

_À nos premiers hurlements de...

Page 261

...était..., mais je
m'arrête. Le brick, comme je l'ai dit, passa à notre arrière, et
continua sa...

Page 262

...et l'amoindrissement de notre être moral? Les
illuminés ont été les plus grands des hommes. Pourquoi...

Page 263

..._sans
aucun ami et réellement mourant de faim_. (_La vie d'Edgar A. Poe_,
d'André Fontainas.)]

[Note 4: Le...

Page 264

...peu de chose ou presque rien relativement à l'étendue de la
perspective. En d'autres termes, la...

Page 265

...27: Les _espars_ sont les pièces de bois de la mâture.]

[Note 28: Un apophtegme est...

Page 266

...Pascal et non de La Bruyère.]

[Note 48: J'ignore quel est l'auteur de ce texte bizarre...