Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 88

Moyen,
et non comme une Fin. Son utilité et son but étaient compris dans sa
diffusion, et, avec le retour vers l'Unité, sa destinée est accomplie.
Ce globe des globes absolument consolidé serait sans but et sans objet;
conséquemment il ne pourrait continuer à exister un seul instant. La
Matière, créée dans un but, ne peut incontestablement, ce but étant
rempli, être plus longtemps Matière. Efforçons-nous de comprendre
qu'elle aspire à disparaître, et que Dieu seul doit rester tout entier,
unique et complet.

Chaque œuvre née de la conception Divine doit coexister et coexpirer
avec le but qui lui est assigné; cela me semble évident, et je ne
doute pas que la plupart de mes lecteurs, en voyant l'_inutilité_ de
ce dernier globe de globes, acceptent ma conclusion: «Donc, il ne peut
pas continuer d'exister.» Cependant, comme l'idée saisissante de sa
disparition instantanée est de nature à ne pas être agréée facilement,
présentée d'une manière aussi radicalement abstraite, par l'esprit
même le plus vigoureux, appliquons-nous à la considérer d'un autre
point de vue un peu plus ordinaire;--examinons comment elle peut être
entièrement et magnifiquement corroborée par une considération _à
posteriori_ de la Matière, telle que nous la voyons actuellement.

J'ai déjà dit que, «l'Attraction et la Répulsion étant
incontestablement les seules propriétés par lesquelles la Matière se
manifeste à l'Esprit, nous avons le droit de supposer que la Matière
n'existe que comme Attraction et Répulsion;--en d'autres termes, que
l'Attraction et la Répulsion sont Matière; puisqu'il n'existe pas de
cas où nous ne puissions employer, ou le terme Matière, ou, ensemble,
les termes Attraction et Répulsion, comme expressions de logique
équivalentes et conséquemment convertibles.»

Or, la définition même de l'Attraction implique la particularité,
--l'existence de parties, de particules, d'atomes; car nous la
définissons ainsi: tendance de chaque atome vers chaque autre atome,
selon une certaine loi. Évidemment, là où il n'y a pas de parties, là
est l'absolue Unité; là où la tendance vers l'Unité est satisfaite, il
ne peut plus exister d'Attraction;--ceci a été parfaitement démontré,
et toute la Philosophie l'admet. Donc, quand, son but accompli, la
Matière sera revenue à sa condition première d'Unité,--condition
qui présuppose l'expulsion de l'Éther séparatif, dont la fonction
consiste simplement à maintenir les atomes à part les uns des autres
jusqu'au grand jour où, cet éther n'étant plus nécessaire, la pression
victorieuse de la collective et finale Attraction viendra prédominer
dans la mesure voulue pour l'expulser;--quand, dis-je, la Matière,
excluant l'Éther, sera retournée à l'Unité absolue, la Matière (pour
parler d'une manière paradoxale) existera alors sans Attraction et sans
Répulsion; en d'autres termes, la Matière sans la Matière, ou l'absence
de Matière. En plongeant dans l'Unité, elle plongera

Last Page Next Page

Text Comparison with The Masque of the Red Death

Page 0
All these and security were within.
Page 1
The fourth was furnished and lighted with orange--the fifth with white--the sixth with violet.
Page 2
And, anon, there strikes the ebony clock which stands in the hall of the velvet.
Page 3
The dreams are stiff-frozen as they stand.
Page 4
His vesture was dabbled in _blood_--and his broad brow, with all the features of the face, was besprinkled with the scarlet horror.
Page 5
He bore aloft a drawn dagger, and had approached, in rapid impetuosity, to within three or four feet of the retreating figure, when the latter, having attained the extremity of the velvet apartment, turned suddenly and confronted his pursuer.