Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 83

au delà de la pensée vulgaire, il faut que
nous comprenions, métaphysiquement, que le principe de la gravitation
n'appartient à la matière que _temporairement,_ pendant qu'elle est
éparpillée;--pendant qu'elle existe sous la forme de la Pluralité au
lieu d'exister sous celle de l'Unité;--lui appartient seulement en
vertu de son état d'irradiation;--appartient, en un mot, non pas à la
Matière elle-même le moins du monde, mais uniquement à la _condition_
actuelle où elle se trouve. D'après cette idée, quand l'irradiation
sera retournée vers sa source,--quand la réaction sera devenue
complète,--le principe de la gravitation aura cessé d'exister. Et, en
fait, bien que les astronomes ne soient jamais arrivés à l'idée que
nous émettons ici, il semble toutefois qu'ils s'en soient rapprochés
en affirmant que _s'il n'y avait qu'un seul corps dans l'Univers, il
serait impossible de comprendre comment le principe de la gravitation
pourrait s'établir;_ c'est-à-dire qu'en considérant la matière telle
qu'elle se présente à leurs yeux, ils en tirent la conclusion à
laquelle je suis arrivé par voie de déduction. Qu'une suggestion aussi
féconde soit restée si longtemps sans porter ses fruits, c'est là un
mystère que je ne saurais approfondir.

C'est peut-être, en grande partie, notre tendance naturelle vers
l'idée de perpétuité, vers l'analogie; et plus particulièrement, dans
le cas présent, vers la symétrie, qui nous a entraînés dans une fausse
route. En réalité, le sentiment de la symétrie est un instinct qui
repose sur une confiance presque aveugle. C'est l'essence poétique de
l'Univers, de cet Univers qui, dans la perfection de sa symétrie, est
simplement le plus sublime des poëmes. Or, symétrie et consistance sont
des termes réciproquement convertibles; ainsi la Poésie et la Vérité ne
font qu'un. Une chose est consistante en raison de sa vérité,--vraie
en raison de sa consistance. _Une parfaite consistance, je le répète,
ne peut être qu'une absolue vérité._ Nous admettrons donc que l'Homme
ne peut pas rester longtemps dans l'erreur, ni se tromper de beaucoup,
s'il se laisse guider par son instinct poétique, instinct de symétrie,
et conséquemment véridique, comme je l'ai affirmé. Cependant il doit
prendre garde qu'en poursuivant à l'étourdie une symétrie superficielle
de formes et de mouvements, il ne perde de vue la réelle et essentielle
symétrie des principes qui les déterminent et les gouvernent.

Que tous les corps stellaires doivent finalement se fondre en un
seul, que toutes choses doivent enfin grossir la substance _d'un
prodigieux globe central déjà existant,--_c'est là une idée qui,
depuis quelque temps déjà, semble d'une manière vague, indéterminée,
avoir pris possession de l'imagination humaine. De fait, cette idée
appartient à la classe des choses _excessivement évidentes._ Elle naît
instantanément de l'observation, même superficielle, des mouvements
circulaires

Last Page Next Page

Text Comparison with La Murdoj de Kadavrejo-Strato

Page 0
pgdp.
Page 1
Origina Anglalingva Titolo "THE MURDERS IN THE RUE MORGUE" LA MURDOJ DE KADAVREJO-STRATO La mensaj kvalitoj nomigxantaj analizaj nur malmulte analizeblas en si.
Page 6
Nun tamen mi vidis vin vertikaligxi plenaltecen.
Page 7
Malgranda fera monsxranko malkovrigxis sub la _lito_ (ne sub la litkadro).
Page 10
La domo estas bonstata konstruajxo--ne tre malnova.
Page 11
Eltiris nenion gxis tri tagojn antaux sia morto kiam proprapersone sxi forprenis 4.
Page 13
Ne scipovas la Anglan lingvon sed jugxas laux la intonacio.
Page 14
La maldekstra tibio kaj aldone cxiuj ripoj de la maldekstra flanko, ege splititaj.
Page 15
La vespera numero de la jxurnalo raportis ke la plej granda ekscito dauxre agitas Sankta-Rohxo-Kvartalon, ke oni zorge rekontrolis la koncernajn ejojn kaj novfoje intervjuis la atestintojn, sed entute sensukcese.
Page 17
e.
Page 19
Mi nur deziras ke vi konsideru ke, cxe mi, gxi estis suficxe forta por doni al miaj demandoj en la cxambro precizan formon, difinitan emon.
Page 20
Surgrimpinte la saksxtofon de la litkadro, mi rigardis zorgege super ties kaptabulon la duan fenestroklapon.
Page 21
Kiam ni vidis ilin de malantaux la domo, ambaux estis duonapertaj--tio estas, ili elstaris orte disde la muro.
Page 22
Mi spertis la senton situadi, sen komprenpovo, sur la rando de ekkomprenado.
Page 23
entenis? S-rino Lespanajo kaj sxia filino estigis ege izolitan vivadon, akceptis neniajn gastojn, malofte eliris en la urbon, malbezonis multajn vestosxangxajxojn.
Page 24
"Tiu hararo ege strangas.
Page 25
La gigantan staturon, la mirigajn fortikon kaj agadon, la sovagxan ferocon kaj la imitkapablojn de tiuj mamuloj cxiuj konas suficxe bone.
Page 26
Nun tamen li sxajnis heziti.
Page 27
Laux tio kion mi jam diris, vi devas konscii ke, rilate al tiu afero, mi disponis pri informrimedoj kiujn vi neniam povintus imagi.
Page 30
"Li diskursu.