Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 80

devenue apparente
pendant la très-courte période de notre histoire astronomique, durant
ce simple point, durant ce parfait néant de deux ou trois mille ans.

On pourrait dire que Madler a réellement vérifié une courbure dans
le sens de la marche, maintenant bien tracée, de notre système à
travers l'Espace. Admettant, s'il le faut, que ce fait soit réel, je
maintiens qu'il n'y a dans ce cas, qu'un seul fait démontré, c'est
la réalité d'une courbure. Pour l'_entière_ vérification du fait,
il faudrait des siècles, et quand même elle serait faite, elle ne
servirait qu'à indiquer un rapport binaire ou tout autre rapport
multiple quelconque entre notre Soleil et une ou plusieurs des étoiles
les plus rapprochées. Quoi qu'il en soit, je ne hasarde rien en
prédisant qu'après une période de plusieurs siècles, tous les efforts
pour déterminer la marche de notre Soleil à travers l'Espace seront
abandonnés comme vains et inutiles. Cela est facile à concevoir quand
nous considérons l'infinité de perturbations que cette marche doit
subir, par suite du changement perpétuel des rapports du Soleil avec
les autres astres, pendant ce rapprochement simultané de tous vers le
noyau de la Galaxie.

Mais, en examinant d'autres nébuleuses que la Voie Lactée, en
considérant dans leur généralité les groupes dont est parsemé le
firmament, trouvons-nous, oui ou non, une confirmation de l'hypothèse
de Madler? _Nous ne la trouvons pas._ Les formes des groupes sont
excessivement variées quand on les regarde accidentellement; mais par
un examen plus minutieux, à travers de puissants télescopes, nous
reconnaissons très-distinctement que la sphère est la forme dont ils se
rapprochent le plus,--leur constitution étant en général en désaccord
avec l'idée d'une révolution autour d'un centre commun.

«Il est difficile, dit sir John Herschell,--de former une conception
quelconque de l'état dynamique de tels systèmes. D'un côté, sans un
mouvement rotatoire et une force centrifuge, il est presque impossible
de ne pas les considérer comme soumis à une condition de _rapprochement
progressif;_ d'un autre côté, en admettant un tel mouvement et une
telle force, nous ne trouvons pas moins difficile de concilier leurs
formes avec la rotation de tout le système (il veut dire groupe) autour
d'un seul axe, sans lequel une collision intérieure nous apparaît comme
chose inévitable.»

Quelques observations sur les _nébuleuses,_ récemment faites par le
Docteur Nichol, quoique faites à un point de vue cosmique absolument
différent de tous ceux adoptés dans le présent Discours, s'appliquent
d'une manière très-particulière au point qui est actuellement en
question. Il dit:

«Quand nous dirigeons sur les nébuleuses nos plus grands télescopes,
nous voyons que celles que nous avions d'abord considérées comme
irrégulières ne le sont réellement pas; elles se rapprochent plutôt
de la

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven

Page 0
"'Tis some visitor," I muttered, "tapping at my chamber door-- Only this and nothing more.
Page 1
"Surely," said I, "surely that is something at my window lattice; Let me see, then, what thereat is and this mystery explore-- Let my heart be still a moment and this mystery explore;-- 'Tis the wind and nothing more.
Page 2
'" But the Raven still beguiling all my sad soul into smiling, Straight I wheeled a cushioned seat in front of bird and bust and door; Then, upon the velvet sinking, I betook myself to linking Fancy unto fancy, thinking what this ominous bird of yore-- What this grim, ungainly, ghastly, gaunt, and ominous bird of yore .
Page 3
Meant in croaking "Nevermore.
Page 4
" And the Raven, never flitting, still is sitting, still is sitting On the pallid bust of Pallas just above my chamber door; And his eyes have all the seeming of a demon's that is dreaming And the lamp-light o'er him streaming throws his shadows on the floor; And my soul from out that shadow that lies floating on the floor Shall be lifted--nevermore!.