Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 65

delà de celui qu'il nous a été permis d'atteindre?
Avons-nous, ou n'avons-nous pas le droit analogique d'inférer que cet
Univers sensible, que ce groupe de groupes, n'est qu'un morceau d'une
_série_ de groupes de groupes, dont les autres nous restent invisibles
à cause de la distance,--soit parce que la diffusion de leur lumière,
avant qu'elle parvienne jusqu'à nous, est si excessive qu'elle ne peut
produire sur notre rétine aucune impression lumineuse, soit parce
qu'il n'existe aucune espèce d'émanation lumineuse dans ces mondes
inexprimablement distants, ou enfin parce que l'intervalle qui nous en
sépare est si vaste que, depuis des myriades d'années écoulées, leurs
effluves électriques n'ont pas encore pu le franchir?

Avons-nous quelques droits à faire de telles suppositions, avons-nous
quelque motif pour accepter de telles visions? Si nous avons ce droit
à un degré quelconque, nous avons aussi le droit de leur donner une
extension infinie.

Le cerveau humain a évidemment un penchant vers l'_Infini_ et caresse
volontiers ce fantôme d'idée. Il semble aspirer vers cette conception
impossible avec une ferveur passionnée, avec l'espérance d'y croire
intellectuellement aussitôt qu'il l'a conçue. Ce qui est général
parmi toute la race humaine, aucun individu n'a sans doute le droit
de le considérer comme anormal; néanmoins, il peut exister une classe
d'intelligences supérieures pour qui ce tour d'esprit populaire porte
tout le caractère d'une monomanie.

Ma question, cependant, n'a pas encore trouvé sa réponse--Avons-nous
le droit de supposer, ou plutôt d'imaginer une succession interminable
de _groupes de groupes_ ou _d'Univers_ plus ou moins semblables?

Je réponds que le _droit,_ dans un cas tel que celui-ci, dépend
absolument de la hardiesse de l'imagination qui s'avise d'y prétendre.
Qu'il me soit permis seulement de déclarer que je me sens, pour
mon compte personnel, porté à _imaginer_ (je n'ose pas me servir
d'un terme plus affirmatif) qu'il existe réellement une succession
illimitée d'Univers, plus ou moins semblables à celui dont nous
avons connaissance, à celui-là _seul_ dont nous aurons jamais
connaissance,--du moins jusqu'au moment où notre Univers particulier
rentrera dans l'Unité. Cependant, si de tels groupes de groupes
existent,--et ils existent,--il est suffisamment clair que, n'ayant
pas de participation dans notre origine, ils ne participent pas à
nos lois. Ils ne nous attirent pas et nous ne les attirons pas. Leur
matière, leur esprit ne sont pas les nôtres, ne sont pas ce qui
agit, influe dans une partie quelconque de notre Univers. Ils ne
pourraient impressionner ni nos sens ni nos âmes. Entre eux et nous,
les considérant tous pour un moment collectivement, il n'y a pas
d'influences communes. Chacun existe, à part et indépendant, _dans le
sein de son Dieu propre et particulier._



XII


Dans la conduite de

Last Page Next Page

Text Comparison with Histoires grotesques et sérieuses

Page 0
De pareils sentiments (car les demi-croyances dont je parle n'ont jamais la parfaite énergie de la _pensée_), de pareils sentiments ne peuvent être que difficilement comprimés, à moins qu'on n'en réfère à la science de la chance, ou, selon l'appellation technique, au calcul des probabilités.
Page 6
Saint-Eustache en particulier parut suspect; et il ne sut pas d'abord donner un compte rendu intelligible de l'emploi qu'il avait fait du dimanche, dans la matinée duquel Marie avait quitté la maison.
Page 9
la jeune fille, ont profité de l'occasion pour répandre dans le public la nouvelle de sa mort.
Page 15
Vous comprenez que je ne suggère ici rien qui me paraisse plus probable ou qui coïncide avec ma propre opinion.
Page 42
S'il avait été jeté de la rive, on y aurait évidemment attaché un poids.
Page 45
Ainsi tout argument fondé sur la fiction est applicable à la vérité; et la recherche de la vérité est le but.
Page 52
Quant au principal compartiment (en parlant de cette partie de la caisse visible après l'ouverture des portes 2 et 3, nous l'appellerons toujours le principal compartiment), il est revêtu d'une étoffe sombre et ne contient pas d'autres engins mécaniques que deux pièces d'acier, en forme de quart de cercle, placées chacune à l'un des deux coins supérieurs de derrière du compartiment.
Page 69
Le bord de la rivière et de maints petits ruisseaux éblouissants qui, par différents chemins, se glissaient vers son lit; tout l'espace qui s'étendait depuis le bord jusqu'au fond de cailloux à travers les profondeurs transparentes; toutes ces parties, dis-je, ainsi que toute la surface de la vallée, depuis la rivière jusqu'aux montagnes qui l'entouraient, étaient tapissées d'un gazon vert-tendre, épais, court, parfaitement égal, et parfumé de vanille, mais si bien étoilé, dans toute son étendue, de renoncules jaunes, de pâquerettes blanches, de violettes pourprées et d'asphodèles d'un rouge de rubis, que sa merveilleuse beauté parlait à nos cœurs, en accents éclatants, de l'amour et de la gloire de Dieu.
Page 72
Les teintes du vert tapis s'affaiblirent; et un à un dépérirent les asphodèles d'un rouge de rubis, et à leur place jaillirent par dizaines les sombres violettes, semblables à des yeux qui se convulsaient péniblement et regorgeaient toujours de larmes de rosée.
Page 75
première fois de son avarice ou de sa générosité; mais dépêchons-nous plutôt d'aller aux remparts, de peur que les offrandes ne nous manquent pour l'autel dont les pluies du ciel ne peuvent éteindre le feu et dont aucune tempête ne peut abattre les colonnes de fumée.
Page 79
--Tes elles!--s'écria-t-il grandement courroucé.
Page 81
son aise pendant que je restais étendu dans mon fauteuil, les yeux fermés, et que je m'amusais à mâcher des raisins et à chiquenauder lesquelles à travers la chambre.
Page 82
Il finit sa longue harangue en ôtant son chapeau-entonnoir, et, me fourrant le tuyau dans le gosier, il m'inonda d'un océan de kirschenwasser qu'il répandait à flots continus d'une de ces bouteilles à long col qui lui servaient de bras.
Page 97
--Bonté divine!--s'écria mon hôte, retirant brusquement sa chaise et levant les mains au ciel.
Page 98
Le _système de douceur_, vous le savez, était alors en usage, et les malades étaient en liberté.
Page 129
Relativement aux dessins, un tapis ne doit pas être barbouillé, enjolivé comme un Indien Riccaree,--tout en craie rouge, ocre jaune et plumes de coq.
Page 131
De fait, une chambre avec quatre ou cinq glaces, distribuées à tort et à travers, est, au point de vue artistique, une chambre sans aucune forme.
Page 134
Après tout, un peu de charlatanerie est toujours permis au génie, et même ne lui messied pas.
Page 146
Voyant donc cette facilité qui m'était offerte, ou, pour mieux dire, qui s'imposait à moi dans le progrès de ma construction, j'arrêtai d'abord la question finale, la question suprême à laquelle le _Jamais plus_ devait, en dernier lieu, servir de réponse,--cette question à laquelle le _Jamais plus_ fait la réplique la plus désespérée, la plus pleine de douleur et d'horreur qui se puisse concevoir.
Page 148
La chambre est représentée comme richement meublée,--et cela est en vue de satisfaire aux idées que j'ai déjà expliquées au sujet de la Beauté, comme étant la seule véritable thèse de la Poésie.