Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 59

travers un labyrinthe d'Erreur, vers un
des plus lumineux et des plus prodigieux temples de Vérité.


[Footnote 1: Je suis prêt à démontrer que la révolution anormale des
satellites d'Uranus est simplement une anomalie perspective provenant
de l'inclinaison de l'axe de la planète. E. P.]

[Footnote 2: _Tableau de l'Architecture des deux.--_Une lettre
attribuée au Docteur Nichol, écrivant à un ami d'Amérique, a fait
le tour de nos journaux, il y a environ deux ans, qui admettait
la _nécessité_ à laquelle je fais allusion. Dans une _lecture_
postérieure, M. Nichol semble toutefois avoir triomphé en quelque
sorte de la _nécessité,_ et ne renonce pas absolument à la théorie,
bien qu'il ait l'air de s'en moquer un peu comme d'une _pure
hypothèse._ Avant les expériences de Maskelyne, qu'était donc la Loi de
Gravitation? Une hypothèse. Et qui mettait en question cette loi, même
alors?]



X


Imaginons, pour le moment, que l'anneau projeté le premier par le
Soleil, c'est-à-dire l'anneau qui, en se brisant, a constitué Neptune,
ne se soit brisé que lors de la projection de l'anneau qui a donné
naissance à Uranus; que ce dernier anneau, de son côté, soit resté
intact jusqu'à l'émission de celui dont est né Saturne; que ce dernier,
à son tour, ait gardé sa forme entière jusqu'à l'émission de celui qui
a été l'origine de Jupiter, et ainsi de suite. Imaginons, en un mot,
qu'aucune rupture n'ait eu lieu parmi les anneaux jusqu'à la projection
finale de celui qui a donné naissance à Mercure. Nous créons ainsi
pour l'œil de l'esprit une série de cercles concentriques coexistants,
et les considérant en eux-mêmes aussi bien que dans le mode suivant
lequel, selon l'hypothèse de Laplace, ils ont été engendrés, nous
apercevons tout d'abord une très singulière analogie entre les couches
atomiques et le mode d'irradiation originelle tel que je l'ai décrit.
Est-il impossible, en mesurant les forces respectives qui ont projeté
successivement chaque cercle planétaire, c'est-à-dire en mesurant
la force excédante successive de rotation par rapport à la force de
gravitation, laquelle a occasionné les éruptions successives, de
trouver l'analogie en question plus décidément confirmée? _Est-il
improbable que nous découvrions que ces forces ont varié,--comme dans
l'irradiation originelle,--proportionnellement avec les carrés des
distances?_

Notre système solaire, consistant principalement en un Soleil, avec
seize planètes à coup sûr, et peut-être un peu plus, qui roulent autour
de lui à des distances variées, et qui sont accompagnées certainement
de dix-sept lunes, mais très-probablement de quelques autres, doit
être maintenant considéré comme un des types de ces agglomérations
innombrables qui ont commencé à se produire à travers la Sphère
Universelle, lorsque s'est retirée la Volonté Divine. Je veux dire
que nous avons à considérer

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven and The Philosophy of Composition

Page 0
Perrett The Decorations by Will Jenkins [Illustration] Paul Elder and Company San Francisco and New York Contents Foreword .
Page 1
” If any justification were necessary, it is to be found both in the unique literary interest of the essay, and in the fact that it is (or purports to be) a frank exposition of the modus operandi by which “The Raven” was written.
Page 2
I prefer commencing with the consideration of an effect.
Page 3
If any literary work is too long to be read at one sitting, we must be content to dispense with the immensely important effect derivable from unity of impression—for, if two sittings be required, the affairs of the world interfere, and everything like totality is at once destroyed.
Page 4
That pleasure which is at once the most intense, the most elevating, and the most pure, is, I believe, found in the contemplation of the beautiful.
Page 5
Now the object, Truth, or the satisfaction of the intellect, and the object, Passion, or the excitement of the heart, are, although attainable, to a certain extent, in poetry, far more readily attainable in prose.
Page 6
[Illustration] I had now gone so far as the conception of a Raven—the bird of ill omen—monotonously repeating the one.
Page 7
Now, never losing sight of the object supremeness, or perfection, at all points, I asked myself—“Of all melancholy topics, what, according to the universal understanding of mankind, is the most melancholy?” Death—was the obvious reply.
Page 8
And here I may as well say a few words of the versification.
Page 9
For this the most natural suggestion might seem to be a forest, or the fields—but it has always appeared to me that a close circumscription of space is absolutely necessary to the effect of insulated incident: it has the force of a frame to a picture.
Page 10
With the dénouement proper—with the Raven’s reply, “Nevermore,” to the lover’s final demand if he shall meet his mistress in another world—the poem, in its obvious phase, that of a simple narrative, may be said to have its completion.
Page 11
They, with the answer, “Nevermore,” dispose the mind to.
Page 12
[Illustration: _Copyright 1906 by The Harwell-Evans Co.
Page 13
[Illustration] Back into the chamber turning, all my soul within me burning, Soon again I heard a tapping somewhat louder than before.
Page 14
” Then the bird said, “Nevermore.
Page 15
The punctuation for some lines in The Raven differs from other published versions, i.