Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 44

ligne
infinie, ou qu'un nombre infini est plus gros ou plus petit qu'un autre
nombre infini. Ainsi l'atome en question doit rester stationnaire à
jamais. Dans les conditions impossibles que nous nous sommes efforcés
de concevoir, simplement pour l'amour de la discussion, il n'y aurait
eu aucune aggrégation de Matière,--ni étoiles, ni mondes,--rien qu'un
Univers éternellement atomique et illogique. En effet, de quelque façon
que vous considériez la chose, l'idée d'une Matière illimitée est
non-seulement insoutenable, mais impossible et perturbatrice de tout
ordre.

En nous figurant les atomes compris dans une _sphère,_ nous concevons
tout de suite une satisfaction possible pour la tendance à la réunion.
Le résultat général de la tendance de chacun vers chacun étant une
tendance de tous vers le centre, la marche générale de la condensation,
ou le rapprochement, commence immédiatement, par un mouvement
commun et simultané, avec la retraite de la Volition Divine; les
rapprochements individuels ou coalescences--non pas fusions--d'atome
à atome étant sujets à des variations presque infinies dans le temps,
le degré et la condition, en raison de l'excessive multiplicité de
rapports produite par les différences de forme qui caractérisaient les
atomes au moment où ils se séparaient de la Particule Propre; produite
également par l'inégalité particulière et subséquente de distance de
chacun à chacun.

Ce que je désire faire entrer dans l'esprit du lecteur, c'est la
certitude que, tout d'abord (la force diffusive ou Volition Divine
s'étant retirée), de la condition des atomes telle que je l'ai
décrite, ont dû, sur d'innombrables points à travers la sphère
Universelle, naître d'innombrables agglomérations, caractérisées par
d'innombrables différences spécifiques de forme, de grosseur, de
nature essentielle, et de distance réciproque. Le développement de la
Répulsion (Electricité) doit naturellement avoir commencé avec les
premiers efforts particuliers vers l'Unité, et avoir marché constamment
en raison de la Coalescence,--c'est-à-dire de la Condensation, ou,
conséquemment, de l'Hétérogénéité.

Ainsi les deux Principes proprement dits, l'Attraction et la Répulsion,
le Matériel et le Spirituel, s'accompagnent l'un l'autre dans la plus
étroite confraternité. Ainsi _le Corps et l'Ame marchent de concert._



[Footnote 1: _Double Assassinat dans la rue Morgue._--HISTOIRES
EXTRAORDINAIRES.]

[Footnote 2: Une sphère est _nécessairement_ limitée; mais je préfère
la tautologie au danger de n'être pas compris E. P.]




VIII


Si maintenant, en imagination, nous choisissons, à travers la sphère
Universelle, _une quelconque_ de ces agglomérations considérées dans
leurs phases primaires, et si nous supposons que cette agglomération
commençante a eu lieu sur ce point où existe le centre de notre
Soleil, ou plutôt où il existait originellement (car le Soleil change
perpétuellement de position), nous nous rencontrerons infailliblement
avec la plus magnifique des théories, et, pendant un certain temps au
moins, nous avancerons avec elle,--je veux dire avec la

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven and The Philosophy of Composition

Page 0
Perrett The Decorations by Will Jenkins [Illustration] Paul Elder and Company San Francisco and New York Contents Foreword .
Page 1
Coming from Poe’s own hand, it directly avoids the charge of presumption; and written in Poe’s most felicitous style, it entirely escapes the defect—not uncommon in analytical treatises—of pedantry.
Page 2
There is a radical error, I think, in the usual mode of constructing a story.
Page 3
We commence, then, with this intention.
Page 4
It is needless to demonstrate that a poem is such, only inasmuch as it intensely excites, by elevating, the soul; and all intense excitements are, through a psychal necessity, brief.
Page 5
Truth, in fact, demands a precision, and Passion a homeliness (the truly passionate will comprehend me) which are absolutely antagonistic to that Beauty which, I maintain, is the excitement, or pleasurable elevation, of the soul.
Page 6
The sound of the refrain being thus determined, it became necessary to select a word embodying this sound, and at the same time in the fullest possible keeping with that melancholy which I had predetermined as the tone of the poem.
Page 7
” I had now to combine the two ideas, of a lover lamenting his deceased mistress and a Raven continuously repeating the word “Nevermore.
Page 8
Had I been able, in the subsequent composition, to construct more vigorous stanzas, I should, without scruple, have purposely enfeebled them, so as not to interfere with the climacteric effect.
Page 9
I determined, then, to place the lover in his chamber—in a chamber rendered sacred to him by memories of her who had frequented it.
Page 10
” This revolution of thought, or fancy, on the lover’s part, is intended to induce a similar one on the part of the reader—to bring the mind into a proper frame for the dénouement—which is now brought about as rapidly and as directly as possible.
Page 11
” With the indulgence, to the extreme, of this self-torture, the narration, in what I have termed its first or obvious phase, has a natural termination, and so far there has been no overstepping of the limits of the real.
Page 12
” [Illustration] Ah, distinctly I remember it was in the bleak December, And each separate dying ember wrought its ghost upon the floor.
Page 13
” [Illustration] But the Raven, sitting lonely on the placid bust, spoke only That one word, as if his soul in that one word he did outpour.
Page 14
” Then the bird said, “Nevermore.
Page 15
3.