Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 29

naturellement plus d'atomes dans la direction
du centre que dans toute autre direction; c'est donc dans ce sens
qu'il est poussé, mais il n'y est pas poussé parce que le centre est
_le point de son origine._ Il n'est pas de _point_ auquel les atomes
se rallient. Il n'est pas de _lieu,_ soit dans le concret, soit dans
l'abstrait, auquel je les suppose attachés. Rien de ce qui peut
s'appeler _localité_ ne doit être conçu comme étant leur origine. Leur
source est dans le principe Unité. C'est là le père qu'ils ont perdu.
C'est là ce _qu'ils cherchent_ toujours, immédiatement, dans toutes
les directions, partout où ils peuvent le trouver, même partiellement;
apaisant ainsi, dans une certaine mesure, leur indestructible tendance,
tout en faisant route vers leur absolue satisfaction finale.

Il suit de tout ceci que tout principe qui sera suffisant
pour expliquer en général la _loi,_ ou _modus operandi,_ de
la force attractive, devra aussi expliquer cette loi dans le
particulier;--c'est-à-dire que tout principe qui montrera pourquoi les
atomes doivent tendre vers leur _centre général d'irradiation,_ avec
des forces variant en proportion inverse des carrés des distances,
expliquera d'une manière satisfaisante la tendance, conforme à la même
loi, qui pousse l'atome vers l'atome;--_car_ la tendance vers le centre
_est_ simplement la tendance de chacun vers chacun, et non pas une
tendance vers un centre considéré _comme tel._

On voit en même temps que l'établissement de mes propositions
n'implique aucune nécessité de modifier les termes de la définition
newtonienne de la Gravitation, laquelle déclare que chaque atome
attire chaque autre atome, dans une infinie réciprocité, et ne déclare
que cela; mais (en supposant toutefois que ce que je propose sera
finalement admis) il me semble évident que, dans les futures opérations
de la Science, on pourrait éviter quelque erreur occasionnelle, si
l'on adoptait une phraséologie plus ample, telle que celle-ci:--Chaque
atome tend vers chaque autre atome, etc., avec une force, etc.; _le
résultat général étant une tendance de tous les atomes, avec une force
semblable, vers un centre général._

En reprenant notre route à l'inverse, nous sommes arrivés à un
résultat identique; mais, dans l'un des cas, _Y Intuition_ était le
point de départ, dans l'autre, elle était le but. En commençant mon
premier voyage, je pouvais dire seulement que je _sentais,_ par une
irrésistible intuition, que la Simplicité avait été la caractéristique
de l'action originelle de Dieu;--en finissant mon second voyage, je
puis seulement déclarer que je perçois, par une irrésistible intuition,
que l'Unité a été la source des phénomènes de la Gravitation
newtonienne observés jusqu'à présent. Ainsi, selon les écoles, je ne
_prouve_ rien. Soit. Je n'ai pas d'autre ambition

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven and The Philosophy of Composition

Page 0
_ _Lenore_ ] [Illustration] The Raven and The Philosophy of Composition By Edgar Allan Poe Quarto Photogravure Edition Illustrated from Paintings by Galen J.
Page 1
If they be again correct, Poe’s genius as seen in the creation of “The Philosophy of Composition” is far more startling than it has otherwise appeared; and “robbed of his bay leaves in the realm of poetry,” he is to be “crowned with a double wreath of berried holly for his prose.
Page 2
Why such a paper has never been given to the world, I am much at a loss to say—but, perhaps, the autorial vanity has had more to do with the omission than any one other cause.
Page 3
We commence, then, with this intention.
Page 4
It is, in fact, a hundred and eight.
Page 5
which is experienced in consequence of contemplating “the beautiful.
Page 6
This led me at once to a single word as the best refrain.
Page 7
Now, never losing sight of the object supremeness, or perfection, at all points, I asked myself—“Of all melancholy topics, what, according to the universal understanding of mankind, is the most melancholy?” Death—was the obvious reply.
Page 8
” I composed this stanza, at this point, first that, by establishing the climax, I might the better vary and graduate, as regards seriousness and importance, the preceding queries of the lover; and, secondly, that I might definitely settle the rhythm, the meter, and the length and general arrangement of the stanza, as well as graduate the stanzas which were to precede, so that none of them might surpass this in rhythmical effect.
Page 9
second of seven and a half (in effect two-thirds)—the third of eight—the fourth of seven and a half—the fifth the same—the sixth, three and a half.
Page 10
In the two stanzas which follow, the design is more obviously carried out: Then this ebony bird beguiling my sad fancy into smiling.
Page 11
It is the excess of the suggested meaning—it is the rendering this the upper- instead of the under-current of the theme—which turns into prose (and that of the very flattest kind) the so-called poetry of the so-called transcendentalists.
Page 12
” [Illustration] Presently my soul grew stronger; hesitating then no longer, “Sir,” said I, “or Madam, truly your forgiveness I implore; But the fact is I was napping, and so gently you came rapping, And so faintly you came tapping, tapping at my chamber door, That I scarce was sure I heard you”—here I opened wide the door;— Darkness.
Page 13
“Surely,” said I, “surely that is something at my window lattice; Let me see, then, what thereat is, and this mystery explore— Let my heart be still a moment and this mystery explore;— ’Tis the wind and nothing more.
Page 14
” [Illustration: _Copyright 1906 by The Harwell-Evans Co.
Page 15
” instead of “!”.