Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 27

sa très-savante _Mythologie,--cependant
nous nous oublions sans cesse au point d'en tirer des inductions comme
de réalités existantes.--_Je veux dire que la perception purement
_sensitive_ de la gravitation, telle que nous la connaissons sur
la Terre, induit l'humanité en fantaisie et la fait croire à une
_concentralisation,_ à une sorte de spécialité terrestre;--qu'elle a
toujours incliné vers cette fantaisie les intelligences même les plus
puissantes,--les détournant perpétuellement, quoique imperceptiblement,
de la caractéristique réelle du principe; les ayant empêchées jusqu'à
l'époque présente de saisir même un aperçu de cette vérité vitale
qui se trouve dans une direction diamétralement opposée,--derrière
les caractéristiques _essentielles_ du principe, qui sont, non pas
la concentralisation ou la spécialité, mais l'_universalité_ et la
_diffusion._ Cette vérité vitale est l'Unité, prise comme source du
phénomène.

Permettez-moi de répéter la définition de la gravitation: _Chaque
atome, dans chaque corps, attire chaque autre atome, appartenant au
même corps ou appartenant à tout autre corps,_ avec une force qui varie
en raison inverse des carrés des distances de l'atome attirant et de
l'atome attiré.

Que le lecteur s'arrête ici un moment avec moi pour contempler la
miraculeuse, ineffable et absolument inimaginable complexité de
rapports impliquée dans ce fait, que _chaque atome attire chaque autre
atome,--_impliquée seulement dans ce fait de l'attraction, étant
écartée la question de la loi ou du mode suivant lesquels l'attraction
se manifeste,--impliquée dans ce fait unique que chaque atome attire
plus ou moins chaque autre atome, dans une immensité d'atomes telle,
que toutes les étoiles qui entrent dans la constitution de l'Univers
peuvent être à peu près comparées pour le nombre aux atomes qui entrent
dans la composition d'un boulet de canon.

Eussions-nous simplement découvert que chaque atome tendait vers un
point favori, vers quelque atome particulièrement attractif, nous
serions encore tombés sur une découverte qui, en elle-même, aurait
suffi pour accabler notre esprit;--mais quelle est cette vérité que
nous sommes actuellement appelés à comprendre? C'est que chaque
atome attire chaque autre atome, sympathise avec ses plus délicats
mouvements, avec chaque atome et avec tous, toujours, incessamment,
suivant une loi déterminée dont la complexité, même considérée
seulement en elle-même, dépasse absolument les forces de l'imagination
humaine. Si je me propose de mesurer l'influence d'un seul atome sur
l'atome son voisin dans un rayon solaire, je ne puis pas accomplir mon
dessein sans d'abord compter et peser tous les atomes de l'Univers et
définir la position précise de chacun à un moment particulier de la
durée. Si je m'avise de déplacer, ne fût-ce que de la trillionième
partie d'un pouce, le grain microscopique de poussière posé maintenant
sur le bout de mon doigt, quel est le caractère de l'action que j'ai eu
la hardiesse

Last Page Next Page

Text Comparison with Le Corbeau = The Raven

Page 0
Proofreading Team.
Page 1
c'était en le glacial Décembre: et chaque tison, mourant isolé, ouvrageait son spectre sur le sol.
Page 2
" _Rentrant dans la chambre, toute mon âme en feu, j'entendis bientôt un heurt en quelque sorte plus fort qu'auparavant.
Page 3
» Le Corbeau dit: «Jamais plus.
Page 4
» Alors l'oiseau dit: «Jamais plus.
Page 5
"Wretch," I cried, "thy God hath lent thee--by these angels he hath sent thee Respite--respite and nepenthe from thy memories of Lenore! Quaff, oh quaff this kind nepenthe, and forget this.
Page 6
lost Lenore!" Quoth the Raven, "Nevermore.
Page 7
Laisse inviolé mon abandon! quitte le buste au-dessus de ma porte! ôte ton bec de mon coeur et jette ta forme loin de ma porte!» Le Corbeau dit: «Jamais plus!»_ And the Raven, never flitting, still is sitting--still is sitting On the pallid bust of Pallas just above my chamber door; And his eyes have all the seeming of a Demon's that is dreaming, And the lamp-light o'er him streaming throws his shadow on the floor; And my soul from out that shadow that lies floating on the floor Shall be lifted--nevermore! _Et le Corbeau, sans voleter, siége encore--siége encore sur le buste pallide de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre, et ses yeux ont toute la semblance des yeux d'un démon qui rêve, et la lumière de la lampe, ruisselant sur lui, projette son ombre à terre: et mon âme, de cette ombre qui gît flottante à terre, ne s'élèvera--jamais plus!_.