Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 24

une autre voie que par
l'expérience. J'ai affirmé que l'utilité de la force répulsive était
d'empêcher les atomes disséminés de retourner à l'Unité immédiate;
et ces atomes sont représentés comme différant les uns des autres.
La _différence_ est leur caractère,--leur essentialité,--juste comme
la _non-différence_ était le caractère essentiel de leur mouvement.
Donc, quand nous disons qu'une tentative pour mettre en contact deux
de ces atomes doit amener un effort de l'influence répulsive pour
empêcher cette union, nous pouvons aussi bien nous servir d'une
phrase absolument équivalente, à savoir, qu'une tentative pour mettre
en contact deux différences amènera comme résultat un développement
d'électricité. Tous les corps existants sont composés de ces atomes
en contact immédiat, et peuvent conséquemment être considérés comme
de simples assemblages de différences plus ou moins nombreuses; et la
résistance faite par l'esprit de répulsion, si nous mettions en contact
deux de ces assemblages quelconques, serait en raison des deux sommes
de différences contenues dans chacun;--expression qui peut être réduite
à celle-ci, équivalente:

_La somme d'électricité développée par le contact de deux corps est
proportionnée à la différence entre les sommes respectives d'atomes
dont les corps sont composés._

Qu'il n'existe pas deux corps absolument semblables, c'est un
simple corollaire qui résulte de tout ce que nous avons dit. Donc
l'électricité, toujours existante, se _développe_ par le contact de
corps quelconques, mais ne se _manifeste_ que par le contact de corps
d'une différence appréciable.

A l'électricité,--pour nous servir encore de cette désignation,--nous
pouvons à bon droit rapporter les divers phénomènes physiques de
lumière, de chaleur et de magnétisme; mais nous sommes bien mieux
autorisés encore à attribuer à ce principe strictement spirituel les
phénomènes plus importants de vitalité, de conscience et de _Pensée._
A ce sujet, toutefois, qu'il me soit permis de faire une pause et de
noter que ces phénomènes, observés dans leur généralité ou dans leurs
détails, semblent procéder _au moins en raison de l'hétérogénéité._

Écartons maintenant les deux termes équivoques, _gravitation_ et
_électricité,_ et adoptons les expressions plus définies _d'attraction_
et de _répulsion._ La première, c'est le corps; la seconde, c'est
l'âme; l'une est le principe matériel, l'autre le principe spirituel
de l'Univers. _Il n'existe pas d'autres principes. Tous_ les
phénomènes doivent être attribués à l'un ou à l'autre, ou à tous les
deux combinés. Il est si rigoureusement vrai, il est si parfaitement
rationnel que l'attraction et la répulsion sont les _seules_ propriétés
par lesquelles nous percevons l'Univers,--en d'autres termes, par
lesquelles la Matière se manifeste à l'Esprit,--que nous avons
pleinement le droit de supposer que la matière _n'existe_ que comme
attraction et répulsion,--que l'attraction et la répulsion _sont_
matière,--nous servant de cette hypothèse comme d'un moyen de faciliter
l'argumentation;--car il est

Last Page Next Page

Text Comparison with The Raven Illustrated

Page 0
And the silken, sad uncertain Rustling of each purple.
Page 1
curtain Thrilled me--filled me with fantastic Terrors never felt before; So that now, to still the beating Of my heart, I stood repeating, "'Tis some visitor entreating Entrance at my chamber door-- Some late visitor entreating Entrance at my chamber door; This it is and nothing more.
Page 2
Deep into that darkness peering, Long I stood there, wondering, fearing, Doubting, dreaming dreams no mortals Ever dared to dream before; But the silence was unbroken, And the darkness gave no token, And the only word there spoken Was the whispered word, "Lenore?" This I whispered, and an echo Murmured back the word, "Lenore!" Merely this and nothing more.
Page 3
When, with many a flirt and flutter, In there stepped a stately Raven [Illustration: 8020] Of the saintly days of yore.
Page 4
" [Illustration: 0024] But the Raven, sitting lonely On that placid bust, spoke only That one word, as if his soul in That one word he did outpour.
Page 5
" This I sat engaged in guessing, But no syllable expressing To the fowl whose fiery eyes now Burned into my bosom's core; This and more I sat divining, With my head at ease reclining On the cushion's velvet lining That the lamplight gloated o'er, But.
Page 6
"Wretch," I cried, "thy God hath lent thee By these angels he hath sent thee Respite--respite and Nepenthe From thy memories of Lenore! Let me quaff this kind Nepenthe, And forget this lost Lenore!" Quoth the Raven, "Nevermore.
Page 7
" Quoth the Raven, " Nevermore.
Page 8
And the lamplight o'er him streaming Throws his shadow on the floor, And my soul from out that shadow That lies floating on the floor Shall be lifted--nevermore! [Illustration: 0035].