Eureka

By Edgar Allan Poe

Page 22

de distance,--toutes les autres différences naissant
ensemble des premières, dès les premiers pas que la masse a faits vers
sa constitution. Nous établissons donc l'Univers sur une base purement
_géométrique._ Il va sans dire qu'il n'est pas du tout nécessaire de
supposer une absolue différence, même de forme, entre _tous_ les atomes
irradiés;--nous nous contentons de supposer une inégalité générale de
distance de l'un à l'autre. Nous sommes tenus simplement d'admettre
qu'il n'y a pas d'atomes _voisins_ de forme similaire,--qu'il n'y a
pas d'atomes qui puissent jamais se rapprocher, excepté lors de leur
inévitable réunion finale.

Quoique la _tendance,_ immédiate et perpétuelle, des atomes dispersés
à retourner vers leur Unité normale soit impliquée, comme je l'ai dit,
dans leur diffusion anormale, toutefois il est clair que cette tendance
doit être sans résultat,--qu'elle doit rester une tendance et rien de
plus,--jusqu'à ce que la force d'expansion, cessant d'opérer, donne
à cette tendance toute liberté de se satisfaire. L'Action Divine,
toutefois, étant considérée comme déterminée, et interrompue après
l'opération primitive de la diffusion, nous concevons tout de suite
une _réaction,_--en d'autres termes une tendance, _qui pourra être
satisfaite,_ de tous les atomes désunis à retourner vers l'_Unité._

Mais la force de diffusion étant retirée, et la réaction ayant commencé
pour favoriser le dessein final,--_celui de créer la plus grande somme
de rapports possible,_--ce dessein est maintenant en danger d'être
frustré dans le détail, par suite de cette tendance rétroactive qui
a pour but son accomplissement total. La _multiplicité_ est l'objet;
mais rien n'empêche les atomes voisins de se précipiter _tout de suite_
l'un vers l'autre,--grâce à leur tendance maintenant libre, avant
l'accomplissement de tous les buts multiples,--et de se fondre tous en
une unité compacte; rien ne fait obstacle à l'aggrégation de diverses
masses, isolées jusque-là, sur différents points de l'espace;--en
d'autres termes, rien ne s'oppose à l'accumulation de diverses masses,
chacune faisant une Unité absolue.



V


Pour l'accomplissement efficace et complet du plan général, nous
devinons maintenant la nécessité d'une force répulsive limitée,--de
_quelque chose_ qui serve à séparer, et qui, lors de la cessation de
la Volition diffusive, puisse en même temps permettre le rapprochement
et empêcher la jonction des atomes; qui leur permette de se rapprocher
infiniment, et leur défende de se mettre en contact positif; quelque
chose, en un mot, qui ait puissance, _jusqu'à une certaine époque,_ de
prévenir leur fusion, mais non de contredire à aucun égard ni à aucun
degré leur tendance à se réunir. La force répulsive, déjà considérée
comme si particulièrement limitée à d'autres égards, peut, je le
répète, être prise comme une puissance destinée à empêcher l'absolue
cohésion, _seulement jusqu'à une certaine époque._ A moins que nous
ne

Last Page Next Page

Text Comparison with First Project Gutenberg Collection of Edgar Allan Poe

Page 0
And the silken sad uncertain rustling of each purple curtain Thrilled me--filled me with fantastic terrors never felt before; So that now, to still the beating of my.
Page 1
" Presently my soul grew stronger; hesitating then no longer, "Sir," said I, "or Madam, truly your forgiveness I implore; But the fact is I was napping, and so gently you came rapping, And so faintly you came tapping, tapping at my chamber door, That I scarce was sure I heard you"--here I opened wide the door-- Darkness there and nothing more.
Page 2
" Then the bird said "Nevermore.
Page 3
'" But the Raven still beguiling all my sad soul into smiling, Straight I wheeled a cushioned seat in front of bird and bust and door; Then, upon the velvet sinking, I betook myself to linking Fancy unto fancy, thinking what this ominous bird of yore-- What this grim, ungainly, ghastly, gaunt, and ominous bird of yore Meant in croaking "Nevermore.
Page 4
yet all undaunted, on this desert land enchanted-- On this home by Horror haunted--tell me truly, I implore-- Is there--_is_ there balm in Gilead?--tell me--tell me, I implore!" Quoth the Raven, "Nevermore.
Page 5
had long devastated the country.
Page 6
But in the western or black chamber the effect of the fire-light that streamed upon the dark hangings through the blood-tinted panes, was ghastly in the extreme, and produced so wild a look upon the countenances of those who entered, that there were few of the company bold enough to set foot within its precincts at all.
Page 7
And, anon, there strikes the ebony clock which stands in the hall of the velvet.
Page 8
is silent save the voice of the clock.
Page 9
They rang throughout the seven rooms loudly and clearly, for the prince was a bold and robust man, and the music had become hushed at the waving of his hand.
Page 10
And the life of the ebony clock went out with that of the last of the gay.
Page 11
And as for Luchesi, he cannot distinguish Sherry from.
Page 12
I took from their sconces two flambeaux, and giving one to Fortunato, bowed him through several suites of rooms to the archway that led into the vaults.
Page 13
"The nitre!" I said; "see, it increases.
Page 14
I had scarcely laid the first tier of the masonry when I discovered that the intoxication of Fortunato had in a great measure worn off.
Page 15
The wall was now nearly upon a level with my breast.
Page 16
the bells.