Derniers Contes

By Edgar Allan Poe

Page 79

d'autres
temperaments, auraient plutot pu passer pour des vertus. Parmi ces
faibles, il en est un tout particulier, que je n'aurais meme pas
mentionne dans son histoire, s'il n'y avait pas joue un role
predominant, et ne faisait pour ainsi dire une saillie du plus _haut
relief_ sur le fond uni de son caractere general:--Bon-Bon ne pouvait
laisser echapper une occasion de faire un marche.

Non pas qu'il fut avaricieux, non! Pour sa satisfaction de philosophe
il n'etait nullement necessaire que le marche tournat a son propre
avantage. Pourvu qu'il put realiser un marche,--un marche de quelque
espece que ce fut, en n'importe quels termes, ou dans n'importe quelles
circonstances--un triomphant sourire s'etalait plusieurs jours de suite
sur sa face qu'il illuminait, et un clin d'oeil significatif annoncait
clairement qu'il avait conscience de sa sagacite.

En toute epoque il n'eut pas ete tres etonnant qu'un trait d'humeur
aussi particulier que celui dont je viens de parler eut provoque
l'attention et la remarque. A l'epoque de notre recit, il aurait ete
on ne peut plus etonnant qu'il n'eut pas donne lieu a de nombreuses
observations. On raconta bientot que, dans toutes les occasions de ce
genre, le sourire de Bon-Bon etait habituellement fort different du
franc rire avec lequel il accueillait ses propres faceties ou saluait
un ami. On sema des insinuations propres a intriguer la curiosite, on
colporta des histoires de marches scabreux conclus a la hate, et dont il
s'etait repenti a loisir; on parla, avec faits a l'appui, de facultes
inexplicables, de vagues aspirations, d'inclinations surnaturelles
inspirees par l'auteur de tout mal dans l'interet de ses propres
desseins.

Notre philosophe avait encore d'autres faibles, mais qui ne valent guere
la peine d'etre serieusement examines. Par exemple il y a peu d'hommes
doues d'une profondeur extraordinaire a qui ait manque une certaine
inclination pour la bouteille. Cette inclination est-elle une cause
excitante, ou plutot une preuve irrefragable de la profondeur en
question? c'est chose delicate a decider. Bon-Bon, autant que je puis le
savoir, ne pensait pas que ce sujet fut suceptible d'une investigation
minutieuse--ni moi non plus. Cependant, dans son indulgence pour un
penchant aussi essentiellement classique, il ne faut pas supposer que le
_restaurateur_ perdit de vue les distractions intuitives qui devaient
caracteriser, a la fois et dans le meme temps, ses _essais_ et ses
_omelettes_. Grace a ces distinctions, le vin de Bourgogne avait son
heure attitree, et les Cotes du Rhone leur moment propice. Pour lui le
Sauterne etait au Medoc ce que Catulle etait a Homere. Il jouait avec un
syllogisme en sablant du Saint-Peray, mais il demelait un dilemme sur du
Clos Vougeot et renversait

Last Page Next Page

Text Comparison with The Works of Edgar Allan Poe, The Raven Edition Table Of Contents And Index Of The Five Volumes

Page 0
A PREDICAMENT MYSTIFICATION DIDDLING THE ANGEL OF THE ODD MELLONTA TAUTA THE DUC DE L'OMELETTE.
Page 1
THE MAN THAT WAS USED UP.