Derniers Contes

By Edgar Allan Poe

Page 75

une courte rechute
dans le neant, suivie d'un retour soudain. Enfin un leger tremblotement
de paupieres, et immediatement apres, la secousse electrique d'une
terreur mortelle, indefinie, qui precipite le sang en torrents des
tempes au coeur.

Puis le premier effort positif pour penser, la premiere tentative de
souvenir. Succes partiel et fugitif. Mais bientot la memoire recouvre
son domaine, au point que, dans une certaine mesure, j'ai conscience de
mon etat. Je sens que je ne me reveille pas d'un sommeil ordinaire. Je
me souviens que je suis sujet a la catalepsie. Et bientot enfin, comme
par un debordement d'ocean, mon esprit fremissant est submerge par
la pensee de l'unique et effroyable danger--l'unique idee spectrale,
envahissante.

Pendant les quelques minutes qui suivirent ce cauchemar, je restai sans
mouvement. Je ne me sentais pas le courage de me mouvoir. Je n'osais
pas faire l'effort necessaire pour me rendre compte de ma destinee; et
cependant il y avait quelque chose dans mon coeur qui me murmurait que
_c'etait vrai_. Le desespoir--un desespoir tel qu'aucune autre espece de
misere n'en peut inspirer a un etre humain--le desespoir seul me poussa
apres une longue irresolution a soulever les lourdes paupieres de mes
yeux. Je les soulevai. Il faisait noir--tout noir. Je reconnus que
l'acces etait passe. Je reconnus que ma crise etait depuis longtemps
terminee. Je reconnus que j'avais maintenant recouvre l'usage de mes
facultes visuelles.--Et cependant il faisait noir--tout noir--l'intense
et complete obscurite de la nuit qui ne finit jamais.

J'essayai de crier, mes levres et ma langue dessechees se murent
convulsivement a la fois dans cet effort;--mais aucune voix ne sortit
des cavernes de mes poumons, qui, oppressees comme sous le poids d'une
montagne, s'ouvraient et palpitaient avec le coeur, a chacune de mes
penibles et haletantes aspirations.

Le mouvement de mes machoires dans l'effort que je fis pour crier me
montra qu'elles etaient liees, comme on le fait d'ordinaire pour les
morts. Je sentis aussi que j'etais couche sur quelque chose de dur,
et qu'une substance analogue comprimait rigoureusement mes flancs.
Jusque-la je n'avais pas ose remuer aucun de mes membres;--mais alors
je levai violemment mes bras, qui etaient restes etendus les poignets
croises. Ils heurterent une substance solide, une paroi de bois, qui
s'etendait au dessus de ma personne, et n'etait pas separee de ma face
de plus de six pouces. Je ne pouvais plus en douter, je reposais bel et
bien dans un cercueil.

Cependant au milieu de ma misere infinie l'ange de l'esperance vint me
visiter;--je songeai a mes precautions si bien prises. Je me tordis, fis
mainte evolution spasmodique pour ouvrir le couvercle; il ne bougea
pas. Je tatai mes

Last Page Next Page

Text Comparison with Derniers Contes

Page 20
L'admiration excitee par ce dernier systeme fut si grande, qu'a sa premiere apparition, Aries Tottle tomba en discredit; mais il finit par recouvrer du terrain, et on lui permit de partager le royaume de la verite avec son rival plus moderne.
Page 24
Il parait qu'il n'y avait que deux voies; la notre, vous le savez, en a douze, et trois ou quatre autres sont en preparation.
Page 26
Peut-etre, a ce point de son argumentation, l'astronome s'est-il refugie dans la supposition que cet orbe pourrait bien n'etre pas lumineux; et ici l'analogie lui faisait soudainement defaut.
Page 28
Les papiers jetes a bord de notre ballon sont couverts des fac-simile des monnaies, manuscrits, topographie, etc.
Page 33
"La premiere chose a faire, c'est de vous mettre vous-meme dans une situation anormale ou personne ne s'est encore trouve avant vous.
Page 43
Il repliqua, mais evidemment en comprenant mal mes idees a ce sujet.
Page 64
J'ai trouve la un genre d'affaires tres agreable et tres lucratif, et pas la moindre peine.
Page 80
A dire vrai, ce trait d'humeur chez le philosophique Bon-Bon finit par revetir un caractere d'etrange intensite et de mysticisme, et prit une teinte prononcee de la _Diablerie_ de ses cheres etudes germaniques.
Page 88
) Je n'en ai jamais tate que d'un--ce scelerat d'Hippocrate! Il sentait l'_assa foetida_.
Page 91
On nous parle, il est vrai, de cas ou les parchemins interceptes ont ete reellement dechiffres; mais on a soin de nous dire que ce fut toujours accidentellement.
Page 93
Si toutefois ce systeme ne leur donnait pas pleine satisfaction, ils pourraient imaginer un alphabet toujours changeant, et le realiser de cette maniere: Prenons deux morceaux de carton circulaires, differant de diametre entre eux d'un demi-pouce environ.
Page 97
Il ne se servit en aucune facon de la clef pour la dechiffrer.
Page 101
Supposons une lettre de ce genre interceptee et la phrase-clef inconnue, on peut imaginer que l'individu qui essaiera de la dechiffrer arrivera, en le devinant, ou par tout autre moyen, a se convaincre qu'un certain caractere (_i_ par exemple) represente la lettre _e_.
Page 102
Nous disons qu'un tel _ordre_ convenu a l'avance est necessaire pour que le chiffre n'offre pas de trop grandes difficultes meme a ceux qui en possedent la clef.
Page 107
Nous autres Americains surtout, nous avons patronne cette heureuse idee, et c'est particulierement a nous, Bostoniens, qu'elle doit son entier developpement.
Page 118
Elle est morte sombrement, Poussee par l'outrage, La froide inhumanite, La brulante folie, Dans son repos.
Page 122
Un coursier! Un coursier! d'une vitesse sans egale! Une epee d'un metal acere! Pour de nobles coeurs tout le reste est peu de chose-- Sur terre tout le reste n'est rien.
Page 127
Ce terrain etait une partie de la foret d'Aripao, et les arbres resterent verts sous l'eau pendant plusieurs mois--_Murray_, p.
Page 132
Mais s'il fatigue, c'est plutot pour avoir fait trop peu que trop; ce qui chez lui semble le developpement diffus d'une idee n'est que la concentration concise d'un grand nombre; et c'est cette concision qui le rend obscur.
Page 133
En 1825, il publia a Baltimore le volume de poesies d'ou celle que cite Poe est tiree.