Derniers Contes

By Edgar Allan Poe

Page 123

Au champ de guerre une fois encore.
D'aigres larmes ne rempliront pas nos yeux,
Quand la poignee de notre epee sera dans notre main;
Nous partirons le coeur entier, sans un soupir
Pour la plus belle du pays.
Laissons l'amoureux jouer du chalumeau, et le poltron
Se lamenter et pleurnicher;
Notre affaire a nous, c'est de combattre en hommes,
Et de mourir en heros!




QUELQUES SECRETS

DE LA PRISON DU MAGAZINE


L'absence d'une Loi internationale des droits d'auteur, en mettant
presque les auteurs dans l'impossibilite d'obtenir de leurs editeurs et
libraires la remuneration de leurs labeurs litteraires, a eu pour effet
de forcer un grand nombre de nos meilleurs ecrivains de se mettre au
service des Revues et des Magazines; ceux-ci, avec une perseverance qui
leur donne quelque credit, semblent faire un certain cas de l'excellent
vieux dicton, que meme dans l'ingrat champ des Lettres, tout travail
merite son salaire. En vertu de quel reveche instinct de l'honnete et du
convenable, ces journaux ont-ils eu le courage de persister dans leurs
habitudes payantes, au nez meme de l'opposition des Foster et des
Leonard Scott, qui pour huit dollars vous fournissent a l'annee quatre
periodiques anglais, c'est la un point qu'il nous est bien difficile de
resoudre, et dont nous ne voyons pas de plus raisonnable explication que
dans la persistance de l'_esprit de patrie_. Que des Magazines puissent
vivre dans ces conditions, et non seulement vivre, mais prosperer, et
non seulement prosperer, mais encore arriver a debourser de l'argent
pour payer des articles originaux, ce sont la des faits qui ne peuvent
s'expliquer que par la supposition fantastique, mais precieuse, qu'il
reste encore quelque part dans les cendres une etincelle qui n'est pas
tout a fait eteinte du feu de l'amour pour les lettres et les hommes de
lettres qui animait autrefois l'esprit americain.

Il serait indecent (c'est peut-etre la leur idee) de laisser nos pauvres
diables d'auteurs mourir de faim, pendant que nous nous engraissons,
litterairement parlant, des excellentes choses que, sans rougir, nous
prenons dans la poche de toute l'Europe; il ne serait pas tout a fait
_comme il faut_ de laisser se commettre une pareille atrocite; voila
pourquoi nous avons des Magazines, et un certain public qui s'abonne a
ces Magazines (par pure pitie); voila pourquoi nous avons des editeurs
de Magazines cumulant quelquefois le double titre d'editeurs et de
proprietaires--des editeurs, dis-je, qui, moyennant certaines conditions
de bonne conduite, de poufs a l'occasion, et d'une

Last Page Next Page

Text Comparison with Derniers Contes

Page 9
"Quand le monstre eut presque atteint le rivage ou nous etions, il projeta tout a coup un de ses yeux a une grande distance, et en fit sortir un terrible jet de feu, accompagne d'un epais nuage.
Page 22
.
Page 30
A.
Page 32
Cette methode est fort simple, mais cependant moins que celle de la politique.
Page 40
Il y avait Pompey.
Page 45
Je fus bientot soulagee par la fuite de mon autre oeil.
Page 74
Je craignais que, dans un acces plus prolonge que de coutume, ils ne se laissassent aller a me regarder comme perdu sans ressources.
Page 78
Bon-Bon il est vrai, n'etait ni un Platonicien, ni, a strictement parler, un Aristotelicien--et il n'etait pas homme, comme le moderne Leibnitz, a perdre les heures precieuses qui pouvaient etre employees a l'invention d'une fricassee, et par une facile transition, a l'analyse d'une sensation, en tentatives frivoles pour reconcilier l'eternelle dissension de l'eau et de l'huile dans les discussions morales.
Page 79
Il jouait avec un syllogisme en sablant du Saint-Peray, mais il demelait un dilemme sur du Clos Vougeot et renversait.
Page 80
Entrer dans le petit cafe du cul-de-sac Le Febvre, c'etait, a l'epoque de notre conte, entrer dans le _Sanctuaire_ d'un homme de genie.
Page 81
_ Ainsi etait delicatement symbolisee la double occupation du proprietaire.
Page 86
Tachez, Bon-Bon, d'en bien user--_moi_, ma vue, c'est l'ame.
Page 89
.
Page 92
.
Page 107
Nous nous sommes mis dans la tete, qu'ecrire un poeme uniquement pour l'amour de la poesie, et reconnaitre que tel a ete notre dessein en l'ecrivant, c'est avouer que le vrai sentiment de la dignite et de la force de la poesie nous fait radicalement defaut--tandis qu'en realite, nous n'aurions qu'a rentrer un instant en nous-memes, pour decouvrir immediatement qu'il n'existe et ne peut exister sous le soleil d'oeuvre plus absolument estimable, plus supremement noble, qu'un vrai poeme, un poeme _per se_, un poeme, qui n'est que poeme et rien de plus, un poeme ecrit pour le pur amour de la poesie.
Page 108
Elle n'a aucune sympathie pour les fleurs de l'imagination.
Page 111
Puis lis, dans le volume favori, Le poeme de ton choix, Et prete a la rime du poete La beaute de ta voix.
Page 126
Il y a peu de spectacles, sur la surface du globe, plus remarquables, soit au point de vue de la science geologique, soit au point de vue du pittoresque, que celui de la foret petrifiee pres du Caire.
Page 129
[19] J'ai observe entre Frankfort et le territoire d'Indiana un vol de pigeons d'un mille au moins de largeur; il mit quatre heures a passer; ce qui, a raison d'un mille par minute, donne une longueur de 240 milles; et, en supposant trois pigeons par metre carre, donne 2,230,272,000 pigeons.
Page 133
plus eleve, tandis que ses fautes sont surtout celles de l'affectation et de l'imitation--une imitation qui touche quelquefois au larcin.